BFMTV

Yvelines: un adolescent écroué pour avoir tranché la main d'un autre lors d'une rixe

Police - Photo d'illustration

Police - Photo d'illustration - Bertrand Langlois

Un jeune de 18 ans a eu la main tranchée lors d'un affrontement entre bandes rivales en juin, à Houilles. L'auteur présumé des fait a été écroué et mis en examen.

Un jeune homme ayant participé à des rixes entre quartiers à Houilles, dans les Yvelines, en juin a été mis en examen et écroué, soupçonné d'avoir tranché la main d'un autre avec une lame de boucher, a-t-on appris mercredi de source policière.

Les affrontements particulièrement violents qui s'étaient déroulés "sur fond de vol de scooter", avaient eu lieu les 11 et 14 juin entre une trentaine de jeunes du quartier populaire des Indes, à Sartrouville, et une vingtaine d'autres de la cité Hoche, à Houilles, deux villes limitrophes, selon la même source.

Mis en examen pour tentative de meurtre

Les jeunes s'étaient affrontés à coups de mortiers d'artifice, barres de fer, battes de baseball et béquilles. Le 14 juin, un jeune homme de Sartrouville âgé de 18 ans avait eu la main tranchée et un autre, âgé de 19 ans, avait été blessé à la tête.

Auditions, enquêtes de voisinages et exploitation de la vidéosurveillance ont permis d'identifier "un individu mineur, défavorablement connu des services de police", comme l'agresseur du jeune blessé à la main, selon la police.

Les analyses ADN effectuées notamment sur le manche d'une feuille de boucher - une sorte de couteau permettant de débiter des carcasses - retrouvée quelques jours après les faits sur les lieux des affrontements ont permis de le confondre.

Interpellé et placé en garde à vue, il a reconnu avoir participé aux rixes, mais nié avoir utilisé la feuille de boucher, qu'il a cependant indiqué avoir eu en main. L'adolescent a été déféré samedi et mis en examen pour "tentative de meurtre, violences volontaires en réunion avec arme" et "participation à un attroupement armé", a précisé la police. Il a été écroué à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis.

Juliette Mitoyen avec AFP Journaliste BFM Régions