BFMTV

Yvelines: il torture sa femme pour lui faire avouer de prétendues infidélités

Ambulance du Samu

Ambulance du Samu - LOIC VENANCE / AFP

Un homme de 43 ans, connu des services de police pour de multiples faits de violences conjugales, a été mis en examen ce vendredi à Versailles après avoir fait subir un interrogatoire ultra-violent à sa compagne.

Persuadé que sa compagne le trompait, un homme de 43 ans a été arrêté jeudi puis mis en examen ce vendredi à Versailles pour avoir tenté de la tuer, lors d'une séance de torture à leur domicile. S'il a reconnu les faits, ce père de quatre enfants a toutefois indiqué qu'il n'avait pas l'intention de la tuer mais qu'il avait agi par jalousie, rapporte Le Parisien.

Les faits se sont produits dans la nuit de lundi à mardi à Viroflay, dans les Yvelines. Prétextant un jeu sexuel, ce père de famille propose à sa compagne de l'attacher. Mais rapidement, les choses tournent mal et il lui inflige un interrogatoire d'une violence inouïe pour lui faire avouer ses prétendues infidélités.

"Alors que les quatre enfants étaient à l'étage, son mari lui a donné des coups de poing au visage et l'a frappée sur tout le corps avant de l'asperger de liquide d'allumage de barbecue pour la brûler", a déclaré une source proche du dossier consultée par le quotidien. "Il avait même prévu de l'accrocher sur un mur en y plantant une sorte de crochet. Il lui reprochait d'avoir des relations sexuelles avec d'autres hommes. Il la frappait pour qu'elle avoue. Mais c'était complètement faux", a ajouté la source.

"Elle était entièrement saucissonnée avec des câbles électriques"

Alertés par l'un des enfants du couple âgé de 12 ans, les policiers arrivent rapidement sur les lieux. Lorsqu'ils entrent dans le pavillon, ils découvrent la mère de famille, le visage tuméfié, et les pieds et poings liés.

"Elle était entièrement saucissonnée avec des câbles électriques et une ceinture. Cette femme était aussi bâillonnée pour l'empêcher d'appeler au secours", a détaillé la même source.

Âgée de 40 ans, cette femme a été transportée à l'hôpital du Chesnay. Elle ne souffrait d'aucune fracture mais était en état de choc. Son compagnon, qui venait de se réinstaller avec sa famille après une séparation, a réussi à prendre la fuite en s'échappant dans les bois par l'une des fenêtres de la maison. Connu des services de police pour de multiples faits de violences conjugales commis sur ses précédentes compagnes, il a finalement été retrouvé jeudi et placé en garde à vue.

Me.R.