BFMTV

Les mormons ont leur temple parisien, à deux pas du château de Versailles

Une vue du premier temple mormons français au Chesnay (Yvelines).

Une vue du premier temple mormons français au Chesnay (Yvelines). - FRANCOIS GUILLOT / AFP

Après plusieurs mois de travaux, et quelques 80 millions d'euros de coût global, le temple de L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours sera consacré fin mai.

Le long du Boulevard Saint-Antoine, entre Versailles et Le Chesnay, à deux pas du Château de Versailles et du Hameau de Marie-Antoinette, le bâtiment surprend les curieux: pierres blanches, vitraux imposants et des inscriptions religieuses. Pas vraiment une église, encore moins un immeuble, il s'agit en réalité du premier temple mormon bâti en France métropolitaine.

Ce lieu sacré pour les "mariages éternels", les baptêmes par procuration pour les morts, la méditation ouvre ses portes en ce début avril, après des mois de travaux. Et des années de négociations. Car l'arrivée de "L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours" - nom officiel de la confession mormone -, qui affiche près de 16 millions de membres dans le monde, avait provoqué des réticences.

Face à l'édifice, les habitants de Versailles et du Chesnay semblent rassurés. Voire "conquis", selon le maire de la ville. Quand j'ai vu les mormons pour la première fois, je n'ai pas forcément été très heureux", confie à l'AFP Philippe Brillault, maire Les Républicains du Chesnay. "Quand on a su que ça n'était pas une secte, on a, non pas favorisé, mais accompagné leur installation". Le projet francilien a été annoncé en 1998, mais il a fallu trouver un terrain, l'acquérir, le désamianter, lever les interrogations et oppositions locales. 

Une vue du premier temple mormon français au Chesnay (Yvelines).
Une vue du premier temple mormon français au Chesnay (Yvelines). © FRANCOIS GUILLOT / AFP

7.000 m2

Les mormons "n'ont aménagé que 7.000 m2, ce qui a permis de créer un jardin ouvert au public, un endroit très calme. Coût global de l'opération: "peut-être 80 millions d'euros" selon Philippe Brillault. Les dirigeants mormons, soucieux de contrôler leur communication, ne confirment ni ne démentent ce chiffre. Mais ils soulignent que l'intégralité du budget a été pris en charge par la maison-mère, à Salt Lake City, dans l'Utah aux Etats-Unis, la Mecque de ces croyants stricts et pudiques sinon austères, conservateurs sur les moeurs, abstinents devant le tabac, l'alcool, le café, le thé...

Ce temple francilien est le 156ème. La France est restée à l'écart du mouvement, bien que l'implantation de cette foi se revendiquant comme chrétienne y soit ancienne, avec une première petite paroisse dès 1850, vingt ans après la publication aux États-Unis du "Livre de Mormon" par le fondateur Joseph Smith. Aujourd'hui, en proportion, le mormonisme est beaucoup plus présent outre-mer, riche de 28.000 fidèles, contre 38.000 en métropole. A Tahiti, un temple a été consacré dès 1983.

Porte-parole de l'Église mormone en France, Dominique Calmels n'est pas peu fier de ce bâtiment... Il y manque juste l'ange Moroni, ce prophète soufflant dans une trompette qui orne tant de temples mormons. "A quelques centaines de mètres de l'entrée du château de Versailles, on ne peut pas construire ce que l'on veut", admet-il. Faut-il voir dans ce geste la soif de rayonnement d'une Église connue pour son prosélytisme? Non, affirme ce grand prêtre, tout en assumant une "volonté de bâtir ce qu'il y a de plus beau pour Dieu".

Une vue du premier temple mormon français au Chesnay (Yvelines).
Une vue du premier temple mormon français au Chesnay (Yvelines). © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Inaccessible aux non-mormons

Dans le soubassement du temple ont été érigés les fonts baptismaux, portés comme toujours par douze boeufs symbolisant les tribus d'Israël: là auront lieu les baptêmes par immersion de mormons - férus de généalogie - en faveur de personnes décédées, pour leur salut. Depuis le parking souterrain, on accèdera à l'accueil en rez-de-chaussée et, au premier étage, aux salles d'instruction et de "scellement", où l'on liera pour l'éternité les époux entre eux et les enfants à leur parents, dans des vêtements à la blancheur pure et égalitaire.

Pas de culte dominical ici: les mormons ont des églises pour cela (110 en France). Le temple, lieu des "ordonnances sacrées", sera fermé du samedi après-midi au mardi matin. Après plusieurs semaines de portes ouvertes, le temple sera consacré le 21 mai. Il sera ensuite inaccessible aux non-mormons, comme à tous les "saints des derniers jours" qui n'ont pas une recommandation en bonne et due forme: la "maison du Seigneur" se mérite.

Xavier Allain avec AFP