BFMTV

Viry-Châtillon: 2 policiers gravement brûlés par un jet de cocktail Molotov

Les deux agents des forces de l'ordre ont été touchés par des projectiles incendiaires à l'intérieur de leur véhicule. Leurs blessures sont très importantes, selon les premières informations.

Une agression d'une violence inouïe. Deux policiers souffrent de très graves brûlures, après avoir été ce samedi la cible de cocktails Molotov. Chacun dans leur propre véhicule, les deux agents ont été atteints par des projectiles incendiaires alors qu'ils étaient stationnés à Viry-Châtillon, dans l'Essonne, dans un quartier sensible. Deux autres policiers appelés en renfort ont eux-aussi été visés par des projectiles incendiaires.

"Une quinzaine d'individus ont assailli les voitures de police vers 15 heures", a expliqué à BFMTV un représentant du syndicat Alliance 91. Visés par des cocktails Molotov, les policiers ont été empêchés de sortir de leur véhicule par des jets de pierre alors que le véhicule s'embrasait. D'autres policiers arrivés en renfort dans une deuxième voiture "ont essuyé eux aussi des jets de cocktails Molotov". 

Quatre policiers ont été blessés dont deux très sérieusement. Les brûlures sont tellement importantes que les deux agents ont dû être soignés sur place, avant de pouvoir être transportés vers un hôpital. L'un des policiers serait brûlé sur plus de 30% du corps, l'autre policière est brûlée sur 15% du corps. 

"Guérilla civile"

La voiture de policiers était présente à Viry-Châtillon et stationnée pour sécuriser une caméra de surveillance, implantée dans le quartier de la Grande Borne. Cet équipement de surveillance a été installé sur ce carrefour qualifié de dangereux et où de nombreux vols de voitures ont eu lieu. Le week-end dernier déjà, des incidents avaient éclaté entre la police et des jeunes qui veulent détruire cette caméra, rappelle Le Parisien.

"On est en guérilla civile avec ces individus extrêmement bien organisés", dénonce, Claude Carillo du syndicat Alliance 91. "Il semblerait que c’est un groupe bien organisé qui a décidé d’aller tout à fait volontairement attaquer ces policiers avec ce qui peut être assimilée à une arme de guerre", complète Nicolas Comte, du syndicat SGP Unité Police FO.

Pour l'heure, aucune interpellation n'a eu lieu. Le ministre de l'Intérieur assure que tous les moyens sont mis en oeuvre "pour retrouver et interpeller les auteurs de ces actes intolérables". Bernard Cazeneuve a exprimé sa "profonde indignation", et condamne, dans un communiqué, "avec la plus grande fermeté ces actes d'une extrême gravité".

Jé. M., J.C avec Sarah-Lou Cohen et Cécile Ollivier