BFMTV

Violences urbaines: le préfet du Rhône "préoccupé par la multiplication des nuisances" autour de Lyon

Le préfet du Rhône Pascal Mailhos était ce mardi l'invité de Bonjour Lyon. Il est revenu sur la flambée de violences et incivilités dans l'agglomération depuis plusieurs semaines.

Les violences urbaines se sont multipliées ces dernières semaines dans l'agglomération lyonnaise. Les nuits des 13 et 14 juillet ont été particulièrement agitées avec des incendies de véhicules, de mobilier urbain ou encore des tirs de mortiers ou de feux d'artifice. Face à ces phénomènes qui sont devenus incessants dans certains quartiers de la métropole, la préfecture est-elle dépassée?

Invité de BFM Lyon ce mardi, le préfet du Rhône Pascal Mailhos s'en défend et impute notamment la résurgence de ces violences au contexte.

"Nous sortons de trois mois pendant lesquels les forces de l'ordre ont principalement assuré la sécurité sanitaire de nos concitoyens", explique-t-il. Le second tour tardif des municipales a retardé l'installation des équipes municipales qui travaillent en lien avec la police et la préfecture, assure-t-il par ailleurs.

"Les choses ont été suspendues. Il y a eu une période où nous avons été occupés à autre chose et nos interlocuteurs n'étaient pas avec nous", insiste Pascal Mailhos.

"Pas de zone de non droit"

Le préfet du Rhône se dit néanmoins "préoccupé de la multiplication des nuisances" dans plusieurs communes mais assure qu'il n'y a "pas de zone de non droit dans l'agglomération lyonnaise". La semaine dernière pourtant, après les incidents des nuits du 13 et 14 juillet, des habitants de Villeurbanne se disaient excédés. "Les forces de l'ordre ne viennent pas", expliquaient-ils à notre antenne.

"Il y a de nombreux appels, les forces de l'ordre vont vers les endroits les signalés. On ne peut pas répondre à toutes les demandes", reconnaît le préfet.

Pascal Mailhos a prévu de rencontrer vendredi le président de la Métropole, mais aussi les maires de Lyon, Vénissieux, Bron, Vauxl et Rillieux, autour de cette question de l'insécurité. "Je ne crois pas aux opérations miracles", souligne le préfet qui souhaite identifier avec les élus chaque problématique. "Nous allons prendre thème par thème, les rodéos, les nuisances sonores... et nous allons regarder par secteur quels sont les lieux les plus touchés", poursuit-il. Le préfet du Rhône souhaite installer un "partenariat et un suivi dans le temps des actions" pour améliorer la situation tout autour de Lyon.

https://twitter.com/caroleblanchard Carole Blanchard Cheffe de service BFM Régions