BFMTV

Le soutien d'Olivier Marchal aux forces de l'ordre: "J'ai envie qu'on continue d'être fier d'être policier"

Le réalisateur et ancien policier Olivier Marchal, invité de BFMTV ce lundi soir, est venu défendre les forces de l'ordre françaises, qu'une partie de la population accuse de faire preuve de discriminations et de brutalité.

Olivier Marchal, ancien fonctionnaire de police et réalisateur de plusieurs films et séries sur l'institution (36 quai des Orfèvres, Flics, Braquo), a défendu son ancienne profession ce lundi soir sur notre antenne, alors que les forces de l'ordre françaises sont accusées de faire preuve de racisme et de brutalité. Pour lui, "les flics sont toujours les boucs émissaires de l'instabilité et du désordre d'une société".

Un peu plus tôt ce lundi, le syndicat Alliance Police Nationale avait relayé une tribune du réalisateur français, dans laquelle il défendait les forces de l'ordre, "des types qui continuent de faire leur job dans des conditions lamentables".

"Je suis là pour dire que j'aime les flics"

"J'aime les flics, et je suis là pour dire que j'aime les flics et que ce métier, je le respecte", a déclaré Olivier Marchal sur notre plateau lundi soir. "Quand j'ai eu ma carte de flic, à l'époque il n'y avait pas de portable, je suis rentré dans la cabine téléphonique de l'école de police et j'ai appelé mon père pour lui dire 'je suis fier d'être policier. J'ai juste envie qu'on continue d'être fier d'être policier aujourd'hui, c'est tout ce dont j'ai envie". 

Le réalisateur regrette que la police ait, selon lui, été "abandonnée par les pouvoirs politiques", "désavouée par les pouvoirs publics et la hiérarchie". "Les flics sont toujours les boucs émissaires de l'instabilité et du désordre d'une société", a-t-il estimé sur notre antenne." Moi j'ai travaillé avec des mecs qui se sont engagés pour servir et protéger, et les flics continuent à vouloir servir et protéger".

Ces deux dernières semaines, plusieurs milliers de personnes ont manifesté contre le racisme et les violences policières en France et dans le monde pour dénoncer les discriminations raciales et les violences policières, mais aussi pour rendre hommage à George Floyd, un Afro-américain de 46 mort mort asphyxié lors d'une interpellation aux Etats-Unis.

Jeanne Bulant