BFMTV

Violences devant un lycée de Tremblay-en-France: huit personnes interpellées

La proviseure du lycée Hélène-Boucher a été frappée le 17 octobre dernier après avoir tenté de raisonner des jeunes qui venaient de lancer un cocktail molotov devant l'établissement.

La proviseure du lycée Hélène-Boucher a été frappée le 17 octobre dernier après avoir tenté de raisonner des jeunes qui venaient de lancer un cocktail molotov devant l'établissement. - Capture BFMTV

Le 17 octobre dernier, environ 80 individus s'en étaient pris au lycée professionnel Hélène-Boucher, à Tremblay-en-France, en seine-saint-Denis en jetant pétards et cocktails molotov dans l'enceinte de l'établissement.

Huit personnes ont été interpellées après les violences qui se sont déroulées il y a une semaine devant un lycée de Tremblay-en-France, en Seine-Saint-Denis, annonce le parquet de Bobigny ce mardi. Parmi les huit individus arrêtés, l'un d'eux est soupçonné d'avoir porté des coups à la proviseure du lycée professionnel Hélène-Boucher qui avait tenté de raisonner des jeunes qui venaient de lancer des cocktails molotov devant l'établissement.

Le 17 octobre dernier, vers huit heures du matin, un groupe d'individus cagoulés est venu se poster devant ce lycée professionnel de Seine-Saint-Denis avant de jeter à l'intérieur de l'enceinte quatre cocktails molotov, ainsi que plusieurs pétards, sur la façade sans faire de dégâts. Trois autres bouteilles contenant du liquide inflammable avaient été retrouvées à proximité. Des témoins parlant même à BFMTV de tirs de mortier. 80 personnes, dont une dizaines très virulentes, ont participé à cette attaque.

Incidents en série

La proviseure s'est alors approché des émeutiers pour leur demander des explications avant d'être agressée. Légèrement blessée au visage, la directrice de l'établissement avait été hospitalisée à l'hôpital Robert-Ballanger, à Aulnay-sous-Bois. Les policiers, appelés sur place, ont également essuyé des tirs de mortier. Les faits ont été filmés par la vidéosurveillance de la ville et l'enquête a été confiée à la sûreté territoriale.

Ce nouvel excès de violence est intervenu dans un climat très tendu dans ce lycée professionnel. Depuis début octobre, il s'agit du troisième incident. Le 10 octobre, une trentaine de jeunes, munis de barres de fer, s'étaient affrontés dans l'enceinte de l'établissement. Quatre jours plus tôt, ce sont deux véhicules qui y avaient été incendiés.

Plus largement, le milieu scolaire est émaillé de violences. Le Premier ministre Manuel Valls avait promis que l'État poursuivrait "sans relâche ceux qui s'en prennent à nos professeurs, nos écoles, nos forces de l'ordre".

J.C. avec AFP