BFMTV

Vincent Lambert: "Le chemin ne semble pas fini", confie sa femme

Rachel Lambert se réjouit que "la justice a respecté les liens du mariage".

Rachel Lambert se réjouit que "la justice a respecté les liens du mariage". - Frederick Florin - AFP

Le juge des tutelles de Reims a décidé de confier à la femme de Vincent Lambert, hospitalisé depuis 2008 en état végétatif, la tutelle de son mari pour une durée de dix ans. Les parents de l'ancien infirmier ont fait appel.

La bataille judiciaire et médicale autour du cas de Vincent Lambert est loin de s'achever. Ce jeudi, le juge des tutelles de Reims a décidé d'accorder à Rachel Lambert la tutelle de son mari, un infirmier hospitalisé depuis 2008 dans un état végétatif. "La justice a respecté les liens du mariage", confie-t-elle à RTL. "C'est un soulagement, c'est réconfortant (...) mais le chemin ne semble pas fini", nuance-t-elle.

Quelques heures après la décision, les parents de Vincent Lambert, qui souhaitent le maintien en vie de leur fils, ont eux annoncé leur décision de faire appel de cette tutelle. Car dans ce dossier, le CHU de Reims avait réclamé "un référent qui pourrait représenter légalement" le patient, une personne "neutre". 

"La seule partie prenante que je puisse avoir, c'est la partie prenante de mon mari", poursuit Rachel Lambert. "Je n'ai jamais exprimé mes opinions personnelles. J'essaie toujours de me référer à la personnalité de mon mari".

Rachel Lambert "pas neutre"

Assurant comprendre la volonté des parents de Vincent Lambert de "vouloir interpréter un regard ou une mimique", Rachel Lambert, elle, devient fataliste. "Malheureusement, les experts médicaux nous ont contredit", détaille celle qui souhaite abréger la "vie artificielle" du père de son enfant. Et malgré cette nouvelle décision judiciaire, elle ne se fait que peu d'illusions.

"Une fois de plus, on s'attend à tout et à rien (...) il est toujours difficile de se projeter", lance Rachel Lambert, qui désormais "attend de voir ce qui va se profiler." 

L'avenir de l'infirmier tétraplégique passera une nouvelle fois par la décision de la justice. Jeudi soir, l'avocat des parents a confirmé sur BFMTV qu'il allait faire appel de la décision du juge des tutelles. "Nous sommes favorables à la décision de nommer un tuteur", insiste Me Jean paillot. Mais "nous ne sommes pas favorables à ce que Rachel Lambert soit tutrice". L'avocat soutient qu'"elle n'a pas la neutralité requise, le recul", car elle a déjà pris position sur "la question fondamentale que pose ce dossier". 

J.C.