BFMTV

Villejuif: fin de garde à vue pour la compagne de l'assaillant, son hospitalisation envisagée

Brassard de police (illustration)

Brassard de police (illustration) - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

La compagne de l'auteur de l'attaque de Villejuif avait été interpellée mardi midi à son domicile de Palaiseau, dans l'Essonne et placée en garde à vue pour "association de malfaiteurs terroriste".

La garde à vue de la compagne de l'auteur de l'attaque de Villejuif, dans le Val-de-Marne, interpellée mardi, a été levée ce mercredi matin, et la jeune femme devrait être hospitalisée d'office, a t-on appris de sources judiciaire et proche du dossier.

Elle avait été interpellée mardi midi à son domicile de Palaiseau, dans l'Essonne et placée en garde à vue pour "association de malfaiteurs terroriste", quatre jours après l'attaque au couteau menée par l'homme avec qui elle envisageait de se marier religieusement. Tous deux s'étaient convertis à l'islam, en 2017 pour lui et début 2019 pour elle, selon ses déclarations.

"Fragile psychologiquement"

Nathan C., âgé de 22 ans et souffrant de problèmes psychiatriques, a été tué vendredi par les forces de l'ordre après avoir agressé plusieurs personnes avec un couteau dans un parc de Villejuif, au sud de Paris, tuant un passant et blessant deux femmes. Après son décès, sa compagne avait menacé de s'en prendre à des policiers afin que ceux-ci la tuent, d'après une source proche du dossier. Son interpellation a été décidée sur la base d'écoutes téléphoniques, selon une source proche de l'enquête.

La jeune femme est "fragile psychologiquement", a assuré cette source, confirmant une "forte dominante suicidaire" dans ses propos. Après la levée de sa garde à vue, il était envisagé à brève échéance une mesure d'hospitalisation à la demande d'un tiers, une procédure administrative, a précisé de son côté la source proche du dossier.

Décrit par sa famille comme "brillant intellectuellement", Nathan C. faisait pour sa part l'objet d'un suivi psychiatrique "depuis l'âge de 5 ans". Il avait été hospitalisé à plusieurs reprises et était sorti d'un établissement en mai dernier avant d'arrêter son traitement en juin.

Avant de se convertir à l'islam, il avait changé plusieurs fois de religion, selon une source proche de l'enquête, qui a par ailleurs indiqué qu'un imam avait récemment refusé de célébrer le mariage religieux de Nathan C. et de sa compagne.

Cy.C avec AFP