BFMTV

Vidéo virale de l'enfant "harcelé": les doutes des enquêteurs

Charlie, 7 ans, dénonce sa souffrance dans une vidéo devenue virale.

Charlie, 7 ans, dénonce sa souffrance dans une vidéo devenue virale. - Capture Twitter

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montrant un petit garçon parler de sa souffrance à cause du harcèlement dont il se dit victime à l'école a été vue des milliers de fois. Sans nier le mal-être de cet enfant, des éléments troubles apparaissent dans l'enquête, notamment concernant le profil de la mère.

"J'ai envie de rejoindre le Bon Dieu, de mourir". Les mots sont insoutenables, d'autant plus que ce sont ceux d'un petit garçon de sept ans. Depuis quelques heures, une vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux. En sanglots, face à la caméra, Charlie raconte comment, depuis un an, il est "harcelé" par un camarade de sa classe. "Depuis l'année dernière, j'ai un petit garçon qui me tape tout le temps. Et aujourd'hui, c'est mon petit frère qu'il tape", confie-t-il, avant de craquer en lançant: "Je veux rejoindre le Bon Dieu pour toujours, j'ai envie".

La maman de Charlie a déposé une plainte le 21 octobre dernier pour dénoncer les faits. Selon nos informations, elle porte sur quatre ou cinq scènes de violence depuis le mois de septembre 2017, et un épisode particulier pendant lequel l'enfant mis en cause a mis une boule de neige dans le cartable du petit Charlie. Direction et enseignants de l'école privée de l'Aisne dans laquelle les deux petits garçons sont scolarisés ont été entendus. Tout comme l'enfant accusé de "harcèlement", qui a été interrogé ce jeudi matin par les gendarmes en présence de ses parents.

Vers un classement sans suite

Au terme de ces auditions, l'enquête se dirige vers un classement sans suite, car très peu de faits dénoncés sont avérés. Seul l'épisode de la boule de neige a été constaté. Le petit garçon mis en cause a d'ailleurs été puni par l'équipe enseignante et par ses parents, alors que l'inimitié entre les deux enfants, tous deux âgés de sept ans, est connue de tous et que les "chamailleries" entre eux deux sont récurrentes. Les faits ne sont pas caractéristiques du harcèlement, indique une source judiciaire qui, sans nier le mal-être du petit Charlie, rappelle la différence entre le ressenti et la réalité judiciaire.

Par ailleurs, plusieurs zones troubles persistent dans cette affaire, et l'opportunité de la publication de cette vidéo interroge. Filmée par la mère, elle a été mise en ligne par la soeur de Charlie le lendemain du dépôt de la plainte. La mère explique à L'Obs que la diffusion de ce témoignage était "le dernier recours" pour elle face à la souffrance de son fils. Aujourd'hui, elle serait aujourd'hui dépassée par la médiatisation. Qualifiée d'instable psychologiquement, cette dernière est en conflit depuis quelques temps avec la famille du petit garçon accusé de harcèlement. Les enquêteurs n'excluent pas l'hypothèse d'une volonté de vengeance de la mère de Charlie. 

Justine Chevalier et Mélanie Vecchio