BFMTV

VIDEO - Nemmouche veut se pourvoir en cassation contre son extradition

Les deux avocats de Mehdi Nemmouche, ce jeudi matin: Me Apolin Pepiezep (g.) et Me Jean-Paul Mopo Kobanda (d.).

Les deux avocats de Mehdi Nemmouche, ce jeudi matin: Me Apolin Pepiezep (g.) et Me Jean-Paul Mopo Kobanda (d.). - -

Selon ses avocats, le suspect dans la tuerie du Musée juif de Bruxelles entend contester devant la cour de cassation la décision prise par la justice française de le remettre à la Belgique.

L'un des avocats de Mehdi Nemmouche a annoncé ce jeudi, après la décision prise par la justice française de sa remise à la Belgique, que celui-ci allait "certainement" se pourvoir en cassation. "Il entend exercer ce droit", a affirmé dans la matinée Me Jean-Paul Mopo Kobanda. Le suspect de la tuerie de Bruxelles dispose de trois jours pour le faire.

Mehdi Nemmouche, 29 ans, est suspecté d'avoir ouvert le feu le 24 mai dernier au Musée juif de Bruxelles, en Belgique, tuant quatre personnes. Arrêté sur le territoire français, ce Franco-Algérien était depuis le 31 mai sous le coup d'un mandat d'arrêt européen pour "assassinats" émis par les autorités belges. Ce jeudi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles a de ce fait ordonné sa remise à la Belgique.

Il demandait des "garanties"

Une remise à laquelle le suspect avait déclaré qu'il consentirait lors de l'audience devant la chambre de l'instruction, le 12 juin dernier. Mais à une condition: "que la Belgique [lui] certifie qu'elle ne l'extraderait pas vers un pays tiers." A savoir Israël, pays d'où étaient originaires deux des victimes de la tuerie.

"L'argument qu'il avait soulevé [lors de l'audience du 12 juin] était qu'il demandait des garanties avant d'accepter d'etre remis à la Belgique", a déclaré ce jeudi Me Mopo Kobanda, qui s'exprimait avec son confrère Me Apolin Pepiezep. "Il estime peut-être ne pas avoir obtenu gain de cause sur ce sujet."

Trois jours pour se pourvoir

"Nous n'avons pas encore étudié la décision qui a été prise", a néanmoins tempéré l'avocat. "Le moment venu, nous lui donnerons des conseils utiles." Mehdi Nemmouche et ses avocats doivent néanmoins se décider vite: ils ne disposent que de trois jours pour formuler un pourvoi.

En l'absence de recours, sa remise à la Belgique devrait intervenir rapidement, le temps d'organiser son transfert vers la Belgique. Une fois dans ce pays, il sera présenté à un juge d'instruction qui pourrait ordonner une reconstitution sur les lieux du crime. Si l'enquête confirme les soupçons d'assassinat, le suspect sera renvoyé devant une cour d'assise belge.

M. T.