BFMTV
Police-Justice

Var: un des deux policiers municipaux blessés par balles est mort

Les deux policiers ont été blessés (illustration)

Les deux policiers ont été blessés (illustration) - Pascal Guyot - AFP

Les deux représentants des forces de l'ordre ont été blessés par des tirs d'arme automatique alors qu'ils intervenaient pour un différend familial. L'un d'eux est mort des suites de ses blessures.

Un des deux policiers municipaux qui avaient été blessés lundi soir par un homme lourdement armé à Cavalaire, dans le Var après un différend familial est mort, a déclaré le procureur de Draguignan ce mardi.

Deux policiers municipaux avaient été pris pour cible et blessés par cet homme d'une cinquantaine d'années, déjà condamné pour violences avec arme et connu pour ses "sautes d'humeur extrêmement brutales", a précisé Ivan Auriel.

L'auteur présumé des coups de feu, qui a pris la fuite sur un buggy, était toujours recherché mardi matin.

Le tireur en fuite

Lundi, les gendarmes informés du différend au domicile de ce couple, et, apprenant que l'individu était "dangereux" et connu aussi pour des différends avec ses voisins, avaient mis en place un dispositif autour de l'habitation en attendant l'intervention du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig), selon Ivan Auriel. Dans le cadre de ce dispositif, une patrouille de trois policiers municipaux se trouvaient à environ 400 mètres de l'habitation en question, "en retrait" des gendarmes, a poursuivi le procureur de Draguignan.

Equipé "d'armes lourdes", l'homme est parvenu à prendre la fuite sur un buggy, et "sans sommation", a tiré sur les policiers municipaux quand il est arrivé à leur niveau, a encore ajouté Ivan Auriel. Deux d'entre eux ont été touchés: l'un légèrement, aux jambes, et le deuxième, grièvement, à l'abdomen. C'est ce dernier qui est décédé ce matin vers 8 heures, a-t-on précisé de source proche de l'enquête.

Le tireur présumé a ensuite pris la fuite, toujours sur son buggy, dans des collines avoisinantes. Ni lui, ni son véhicule n'avaient été retrouvés mardi matin. Lundi soir, avant l'annonce du décès du policier, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait déjà exprimé sa "grande émotion".

la rédaction avec AFP