BFMTV

Val-de-Marne: une mère et ses deux enfants retrouvés morts

Les faits se seraient déroulés avenue Anatole France, à Villeneuve-Saint-Georges

Les faits se seraient déroulés avenue Anatole France, à Villeneuve-Saint-Georges - Capture Street view

Une mère de famille a été retrouvée morte au pied de son immeuble, défenestrée, tandis que ses deux enfants, âgés de 6 mois et 5 ans, ont été tués dans l'appartement. Il pourrait s'agir d'un infanticide suivi d'un suicide.

Drame familial à Villeneuve-Saint-Georges, dans le Val-de-Marne. Une femme, défenestrée, et ses deux enfants en bas âge ont été retrouvés morts ce lundi matin pour ce qui constituerait un probable infanticide suivi d'un suicide, a appris l'Agence France-Presse (AFP) de sources concordantes.

Cette femme, âgée de 37 ans, a chuté du quatrième étage de son immeuble et son corps présente une blessure "au cou", a indiqué dans la soirée une source judiciaire, qui avait évoqué plus tôt dans la journée une blessure "au thorax". Les enfants, un bébé "de moins de six mois" et l'autre âgé de 5 ou 6 ans, ont été retrouvés morts dans l'appartement. Un couteau a été retrouvé à côté de l'un d'eux, mais il "n'est pas dit qu'ils ont été tués à l'arme blanche, car leurs corps ne portent a priori pas de traces visibles", a précisé cette source. Des autopsies doivent avoir lieu mardi pour déterminer les causes des décès.

Une terrible découverte

"Un voisin, après avoir entendu un bruit sourd, a découvert une jeune femme au sol, qui présentait une plaie à la gorge et qui semblait déjà décédée", explique à BFMTV Yvan Assioma, délégué syndical Alliance. "Nos collègues sont intervenus immédiatement, et c'est dans l'appartement, dont la fenêtre était encore ouverte, qu'ils ont fait la terrible découverte des deux enfants."

Selon la source judiciaire et une source policière, "l'hypothèse privilégiée" est celle d'un meurtre des enfants par la mère, qui se serait ensuite suicidée. Une lettre dans laquelle la mère, si elle en est bien l'auteur, dit vouloir mettre fin à ses jours, a été retrouvée dans l'appartement, selon ces sources.

L'enquête devra déterminer si elle a bien écrit ces lignes. L'intervention d'un tiers n'est à ce stade pas privilégiée. Les corps ont été levés dans l'après-midi. Le corps vêtu de rouge de cette femme asiatique gisait au sol jusqu'en début d'après-midi, entouré d'enquêteurs de la police technique et scientifique vêtus de combinaisons blanche.

On n'entendait "jamais de dispute"

Sous l'oeil de voisins et badauds, des policiers s'activaient dans l'appartement où s'est produit le drame et devant l'immeuble de cinq étages sable et saumon entouré de verdure, situé dans une rue résidentielle de cette commune située au sud-est de Paris.

"Un voisin a dit aux pompiers: 'Y'a des enfants là-haut', et ils se sont précipités", a-t-il ajouté. "Ce matin, j'ai entendu quelque chose tomber en bas, par terre", a aussi raconté Gomez Goncalves, voisin de palier des victimes. "Pas de cris, du tout, rien", a-t-il dit: "C'était ma voisine". "Elle avait deux petits garçons, elle était bien, tranquille" et vivait ici "depuis au moins dix ans", avec un homme puis un autre, a-t-il assuré.

On n'entendait "jamais de dispute", a-t-il ajouté, sans pouvoir dire si elle avait encore un compagnon au moment du drame. L'enquête, initialement menée par la police judiciaire du Val-de-Marne, a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne.

A. G. & Jé. M. avec AFP