BFMTV

Val-de-Marne: un facteur soupçonné d'avoir détourné 300.000 euros de chèques cadeaux

Employé sur une chaîne de distribution, le facteur se servait dans les enveloppes qu'il jugeait intéressantes.

Employé sur une chaîne de distribution, le facteur se servait dans les enveloppes qu'il jugeait intéressantes. - Philippe Huguen / AFP

Un homme de 29 ans, salarié à La Poste, aurait volé des chèques cadeaux dans le courrier dont il avait la charge, lui permettant ensuite de mener grand train. Il a été démasqué à cause d’un banal excès de vitesse.

Sa belle vie s’est arrêtée nette. Un facteur, domicilié à Vitry dans le Val-de-Marne, est soupçonné d’avoir détourné sur son lieu de travail près de 300.000 euros de chèques cadeaux, rapporte Le Parisien. Une fraude de grande ampleur qui lui aurait ainsi permis de vivre très confortablement pendant deux ans, avec sa compagne. Mais les voitures rutilantes, les voyages et les produits de luxe en tout genre… tout s’est écroulé vendredi dernier à cause d’un simple contrôle routier à Bonneuil-sur-Marne.

Ce jour-là, la brigade anticriminalité départementale remarque une Audi S3 en excès de vitesse sur un parking. Les policiers, intrigués par la grande nervosité du conducteur qui n’a pas ses papiers sur lui, fouillent le véhicule et découvrent 1000 euros en liquide, trois téléphones haut de gamme et des carnets de tickets Kadéos qui ne sont pas à son nom.

Celui qui se présente comme un modeste facteur admet avoir acheté sa belle voiture en liquide, pour 31.000 euros. Un nouveau détail qui va pousser les policiers à se rendre à son domicile. Dans l’appartement du couple, les enquêteurs tombent cette fois sur 60.000 euros de chèques cadeaux et trouvent 6000 euros en liquide dans un coffre-fort. Ces nouvelles découvertes valent au facteur de 29 ans et à sa compagne de 31 ans d’être placés en garde à vue pour vol en bande organisée et blanchiment.

Des tickets revendus sur Le Bon Coin

Le postier finit par tout avouer aux policiers de l’investigation de Créteil. Employé depuis 2016 sur une chaîne de distribution de La Poste, il s’emparait des enveloppes qui lui semblaient prometteuses. Il visait essentiellement les chèques cadeaux, qu’il utilisait directement mais revendait aussi sur Le Bon Coin. Le couple réglait quasiment tout avec ces moyens de paiement ou du liquide, évitant ainsi des mouvements suspects sur les comptes bancaires.

Le couple a été placé en détention provisoire, le temps de chiffrer le montant de l’arnaque, pour l’instant évaluée à 300.000 euros. La Poste a annoncé avoir porté plainte contre cet employé qui a été mis à pied.

H.M.