BFMTV

Une voiture percute les barrières de sécurité de la mosquée de Créteil

La mosquée de Créteil.

La mosquée de Créteil. - Capture BFMTV

Un homme a foncé avec son véhicule sur la mosquée de Créteil, dans le Val-de-Marne, au moment même où des fidèles en sortaient. Par chance, aucun blessé n'est à déplorer.

Un homme à bord d'un 4X4 a heurté lundi après-midi "à plusieurs reprises" les barrières de sécurité protégeant la mosquée de Créteil, dans le Val-de-Marne, sans faire de victimes parmi les fidèles qui sortaient de l'édifice à ce moment précis, et qu'il tentait de percuter. Le conducteur a été interpellé à son domicile.

"Vers 18H30, un individu à bord de son véhicule 4X4 a heurté à plusieurs reprises les plots et barrières placés en protection de la mosquée de Créteil", a indiqué la Préfecture de police dans un communiqué.

Selon les autorités, "ne parvenant pas à passer les obstacles, le conducteur du véhicule a poursuivi sa course, percuté un terre-plein, puis a pris la fuite". Le conducteur et propriétaire du véhicule a ensuite été arrêté "sans incident" à son domicile.

Propos confus

Le suspect serait un Arménien d'une quarantaine d'années, connu des services de police pour un fait mineur. Selon cette source, l'homme a tenu des "propos confus en référence aux attentats" jihadistes ayant frappé la France depuis 2015 qui ont fait 239 morts. L'homme, qui a été placé en garde à vue, n'était pas sous l'emprise de l'alcool, précise le parquet.

Le préfet de police de Paris Michel Delpuech a condamné "fermement ces faits" et expliqué mettre "tout en oeuvre" pour que l'enquête puisse "préciser les motivations du conducteur et de déterminer sa responsabilité pénale".

En Grande-Bretagne voici dix jours, un homme au volant d'une camionnette avait foncé sur des fidèles qui sortaient après l'iftar, le repas de rupture du jeûne pendant le mois du ramadan, devant la mosquée de Finsbury Park, dans le nord-est de Londres.

La France, qui vit sous le régime exceptionnel de l'état d'urgence depuis les attentats de Paris et Saint-Denis en novembre 2015 (130 morts), a été la cible de deux nouvelles attaques ce mois-ci, visant les forces de l'ordre. Le 20 juin, un homme ayant prêté allégeance au groupe jihadiste État islamique (EI) s'est tué en lançant son véhicule contre des gendarmes. Le 6 juin un Algérien de 40 ans fasciné par la propagande de l'EI a été blessé par un tir policier après avoir attaqué au marteau une patrouille sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame à Paris.

La rédaction avec AFP