BFMTV

Une "petite usine" à pirater les distributeurs de billets

Une "petite usine" à pirater les distributeurs de billets a été découverte dans les Yvelines par la "cyber police" de Versailles.

Une "petite usine" à pirater les distributeurs de billets a été découverte dans les Yvelines par la "cyber police" de Versailles. - -

Quatre Roumains ont été mis en examen après la découverte dans les Yvelines d'une "petite usine" de fabrication de dispositifs visant à pirater les distributeurs automatiques de billets.

La "cyber-police" de Versailles a découvert une "petite usine" de fabrication de dispositifs visant à pirater les distributeurs automatiques de billets (DAB), a indiqué vendredi le parquet de Versailles. Quatre Roumains ont été mis en examen.

"Plusieurs milliers de données bancaires ont pu ainsi être captées avant d'être transmises en Roumanie pour y être exploitées" au préjudice de "centaines, voire de milliers de personnes", a indiqué le procureur de la République adjoint de Versailles, Marc Brisset-Foucault, lors d'un point de presse à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC), l'"office cyber" de la police judiciaire (PJ) situé à Nanterre (Hauts-de-Seine).

"Un flagrant délit rarissime"

Les cyberpoliciers, qui avaient été alertés par un signalement de la Roumanie, ont localisé les escrocs présumés vendredi dans un appartement de Conflans-Sainte-Honorine dans le Yvelines, après une semaine de surveillances.

Les quatre Roumains, d'une trentaine d'années, sont soupçonnés d'appartenir à la filiale française "d'un réseau très organisé et dirigé depuis la Roumanie", selon Valérie Maldonado, la chef de l'"office cyber" de la PJ.

Ils ont été mis en examen lundi par un juge versaillais, notamment pour "escroquerie en bande organisée" et écroués. Le quatuor, connu pour des faits similaires, a minimisé sa participation aux faits.

Sur place, les cyberpoliciers ont saisi "quatre ou cinq skimmers", des pièges destinés à pirater des données bancaires sur des distributeurs de billets, selon Valérie Maldonado.

"C'est un flagrant délit rarissime", a commenté le procureur adjoint. "C'était une vraie petite usine", a-t-il ajouté.