BFMTV

Une fillette oubliée dans un bus et retrouvée à 26 kilomètres de chez elle

La mairie de Blangy-sur-Ternoise (Pas-de-Calais). Photo d'illustration.

La mairie de Blangy-sur-Ternoise (Pas-de-Calais). Photo d'illustration. - Street View

La petite Clélia est restée seule dans le bus pendant trois heures sans que personne ne s'inquiète de son absence à l'école.

Elodie Coulon, domiciliée dans un petit village de Blingel dans le Pas-de-Calais, ne s'en remet pas. Sa petite fille, âgée de 3 ans, a été oubliée dans le bus censé l'amener à son école maternelle à Blangy-sur-Ternoise, la commune voisine, rapporte La Voix du Nord.

Ce mercredi matin, pendant trois heures, Clélia a dormi seule dans le véhicule, sans que son accompagnatrice ou le conducteur ne se rendent compte de la situation. A midi, sa mère a attendu à l'arrêt de bus que sa fille en descende mais plus aucune trace d'elle. L'accompagnatrice lui a alors indiqué qu'elle ne s'était pas présentée à l'établissement scolaire ce jour-là.

Le maire n'a pas souhaité commenter la mésaventure

Un rapide coup de fil paniqué à la directrice de l'école a permis de retracer le fil des événements: la petite fille a été retrouvée dans le bus, lors du service suivant, et a été déposée à l'école de la commune de Ferfay, à près de 30 kilomètres de son domicile. Plus de peur que de mal mais Elodie Coulon est ulcérée que personne n'ait pris la peine de l'appeler en constatant l'absence de la fillette.

"Elle est restée trois heures seule, sans que personne ne s’en soucie!", s'insurge-t-elle, dans un entretien accordé au quotidien nordiste. "Elle nous a dit qu’elle a dormi dans le bus. Mais ce n’est pas normal. Sincèrement, je me suis fait un sang d’encre. On n’est pas en période de canicule, mais dans quel état je l’aurais retrouvée si c’était le cas?"

Décidée à faire la lumière sur les responsabilités de chacun, la mère de famille a tenté - en vain - de joindre le recteur pour qu'il y ait "des sanctions" et que cela ne se reproduise plus. Joint par le quotidien, le maire de Blangy-sur-Ternoise, Michel Massart, n'a pas souhaité réagir mais concède que cette situation délicate a été très mal vécue au sein de la mairie. Fort heureusement, la petite fille n'a pas été particulièrement traumatisée par l'expérience.

Mathilde Joris