BFMTV

Une figure de l'extrême droite se suicide dans Notre-Dame de Paris

La cathédrale Notre-Dame a été évacuée.

La cathédrale Notre-Dame a été évacuée. - -

Un homme de 78 ans s'est donné la mort dans la cathédrale Notre-Dame mardi en se tuant par balle. Il s'agit d'un écrivain d'extrême droite, proche des opposants au mariage homo.

L'homme a pénétré seul dans la cathédrale, muni d'une arme à feu, avant de se donner la mort devant l'autel, en se tirant une balle dans la bouche. L'arme serait un pistolet semi-automatique assez ancien, de calibre 9mm.

L'homme avait cinq ou six lettres d'explications de son geste sur lui, qui ont été remises au procureur. Le contenu serait assez confus, selon une autre source policière. Dans ces documents, il se dit préoccupé par la perte des valeurs de la famille et la récente loi sur le mariage homosexuel.

Le commissariat de police du IVe arrondissement de Paris a été saisi de l'affaire.

Un ultime billet de blog très troublant

L'identité de cet homme a été confirmé: il s'agit de Dominique Venner, ancien de l'OAS, essayiste français et proche de l'extrême droite, né en 1935. Il est qualifié de "père de l'extrême-droite moderne" par des journalistes du Monde spécialistes du sujet qui lui consacrent un billet sur le blog Droite(s) Extrême(s).

Sur son blog, et notamment sur une note écrite plus tôt dans la journée, Dominique Venner clame son soutien aux opposants au mariage homo, un mouvement "dont il est proche", confirme un policier.

Dans cette ultime note, intitulée "La manif du 26 mai et Heidegger", l'homme dénonce "une loi infâme" en faisant référence au mariage homo, et redoute "une France qui tombera aux mains des islamistes", dûe, selon lui, à l'accélération d'une "immigration afro-maghrébine".

Il y lance également un appel pour le moins terrifiant. "Il faudra certainement des gestes nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes."

Il évoque enfin ses derniers instants. "Et cette seconde ultime a autant d’importance que le reste d’une vie. C’est pourquoi il faut être soi-même jusqu’au dernier instant. C’est en décidant soi-même, en voulant vraiment son destin que l’on est vainqueur du néant."

Manuel Valls sur place, Marine Le Pen réagit sur Twitter

Manuel Valls s'est rendu sur place, peu avant 18h. Il a évoqué un "drame sans précédent", l'acte d'un "homme désespéré". Le ministre de l'Intérieur a tenu à "témoigner (son) soutien, (sa) solidarité et (sa) compassion aux Chrétiens de France" et s'est refusé à toute "analyse" ou "conjecture" sur le lien entre ce suicide et l'actualité autour du mariage homosexuel.

Marine Le Pen, présidente du Front National, a réagi sur Twitter en parlant de geste "éminemment politique".

Tout notre respect à Dominique Venner dont le dernier geste, éminemment politique, aura été de tenter de réveiller le peuple de France. MLP
— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 21 mai 2013

"Il a laissé un message de protestation contre la décadence de notre pays et de notre civilisation", a pour sa part affirmé Bruno Gollnisch qui avait rencontré Dominique Venner "à plusieurs reprises". L'eurodéputé et conseiller régional FN de Rhône-Alpes lie directement son acte à la promulgation de la loi autorisant le mariage homosexuel.

"Je ne crois pas que l'on puisse lier son suicide à cette affaire de mariage, cela va bien au-delà", a estimé l'éditeur de Dominique Venner, Pierre-Guillaume de Roux qui explique l'avoir eu au téléphone lundi soir pour évoquer son prochain ouvrage à paraître en juin et intitulé "Un samouraï d'Occident, le bréviaire des Insoumis".

Le recteur de Notre-Dame de Paris a, pour sa part, déclaré qu'il s'agit "avant tout d'un drame humain". Il a expliqué que les participants à la veillée prévue ce mardi soir à la cathédrale réserveraient "des pensées et des prières" à Dominique Venner.