BFMTV

Un passeur de migrants poursuivi sur 150 km par les gendarmes

Un passeur de migrants a été interpellé à proximité de Calais.

Un passeur de migrants a été interpellé à proximité de Calais. - Philippe Huguen - AFP

Un homme transportant une vingtaine de migrants a failli échapper à la gendarmerie et passer en Angleterre, jeudi. Après une course-poursuite de 150 kilomètres dans le nord de la France, l'homme a malgré tout pu être interpellé.

Un passeur convoyant 19 Syriens a donné des sueurs froides aux forces de l'ordre en fin de semaine. Cet homme, au volant de sa camionnette a dans la nuit de jeudi à vendredi obligé les gendarmes à une course-poursuite de 150 km entre l'Aisne et le Pas-de-Calais après avoir refusé un contrôle, a-t-on appris dimanche de source judiciaire. A 2 heures du matin, les gendarmes avaient voulu contrôler ce Ford Transit stationné sur une aire de repos rapporte L'Aisne nouvelle. Mais le chauffeur démarre et engage une course-poursuite. 

Ce passeur, dont la nationalité et l'âge n'ont pas été communiqués, finalement arrêté près de Saint-Omer, au dernier péage de l'A26 avant le tunnel sous la Manche, "va être jugé en comparution immédiate lundi à 10h30 au tribunal correctionnel de Saint-Omer", a indiqué à l'AFP le procureur de Saint-Omer, Sébastien Piève.

Placé en détention provisoire, le passeur est poursuivi pour "avoir favorisé l'entrée et le séjour irréguliers d'étrangers en France, avec la circonstance aggravante de les soumettre à des conditions de transport inhumaines et dégradantes", selon le magistrat. Dix-neuf migrants syriens ont été retrouvés par les gendarmes à l'issue de la course-poursuite sur l'A26, qui a mobilisé plusieurs pelotons motorisés.

Le passeur s'échappe pendant sa garde à vue

Après sa course folle sur les routes du Pas-de-Calais, le conducteur n'a toutefois pas voulu en rester là. Lors de la garde à vue du passeur au poste de la police aux frontières de Coquelles, près de Calais, "il a réussi à se défaire de ses menottes et à s'échapper à pied, et a été rattrapé par les forces de l'ordre au bout de trois heures", a relaté le procureur.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait indiqué lors d'une visite à Calais fin décembre vouloir "sortir les demandeurs d'asile des mains des passeurs qui prélèvent une dîme qui est un véritable impôt de la mort". Il avait revendiqué une augmentation de 30% du nombre de filières démantelées en 2014 par rapport à 2013. Le ministre est attendu à Calais lundi après-midi pour visiter le nouveau centre d'accueil de jour Jules Ferry, à destination des migrants.

C. B avec AFP