BFMTV

Un mort et 5 blessés lors d'une fusillade dans le centre de Marseille

Une fusillade a éclaté, tôt dimanche matin, devant un bar dans le centre de Marseille. D'après les premiers éléments de l'enquête, il s'agirait d'une vengeance après une dispute avec un vigile.

Une fusillade a fait un mort et cinq blessés, dont trois graves, tôt dimanche à Marseille en face de l'Opéra, ont annoncé les marins-pompiers de la ville. Un véhicule avec plusieurs passagers à son bord s'est arrêté devant un bar du 1er arrondissement de la ville et plusieurs coups de feu ont été tirés en direction d'un groupe de personnes qui étaient devant l'établissement, rapporte La Provence.

Selon les premiers éléments de l'enquête, un groupe à bord d'une voiture aurait fait feu avec une ou plusieurs armes de gros calibre sur le bar, semble-t-il pour se venger après une dispute avec un vigile, a précisé à l'AFP le procureur de Marseille Brice Robin. Vers six heures, la voiture, une grosse cylindrée, "a déboulé dans la rue, s'est arrêtée. Les passagers ne sont pas descendus et ont tiré", a décrit une source policière.

Des douilles de kalachnikov?

La victime principale a été tuée à l'extérieur du bar, tandis que certains se trouvaient à l'intérieur lorsqu'ils ont été blessés par balle ou par des éclats de verre, a-t-elle précisé. Le fils du patron du bar, dont le corps n'a pas encore été identifié avec une totale certitude, serait mort, a ajouté M. Robin.

Deux ou trois autres personnes sont blessées et leur pronostic vital est engagé. Deux autres sont blessées plus légèrement, a-t-il expliqué. Il semble que la fusillade soit liée à "une dispute" un peu plus tôt dans la soirée entre un vigile du bar et des clients, a relaté le procureur.

Les enquêteurs ont retrouvé sur place des douilles de 7.62 millimètres, pouvant correspondre à une kalachnikov, et des douilles de 9 mm. Ils cherchent à savoir si deux armes ont été utilisées par les agresseurs ou s'il y a eu des tirs de riposte. La police judiciaire marseillaise a été saisie de l'enquête.

la rédaction avec AFP