BFMTV

Un maire veut embaucher le vidéaste poursuivi pour avoir filmé sa ville avec un drone

BFMTV

Un jeune homme de 18 ans poursuivi pour mise en danger de la vie d'autrui après avoir filmé Nancy vue du ciel à l'aide d'un drone s'est vu proposer un travail par... le maire de la ville, a annoncé ce dernier mercredi.

"Je lui ai proposé de se mettre en relation avec mes collaborateurs pour travailler avec nous sur le projet de Ville numérique French Tech", a expliqué André Rossinot, maire UDI de Nancy, qui aspire à ce que le Sillon lorrain (qui regroupe Nancy, Metz, Epinal et Thionville) obtienne le label "French tech". L'élu a indiqué avoir rencontré le prévenu, qu'il a qualifié de "talentueux", afin que ce dernier lui raconte "son parcours, ses projets".

Le jeune vidéaste avait tourné des prises de vues aériennes de Nancy fin janvier, dont de la place Stanislas ainsi que des monuments les plus célèbres de la ville lorraine.

Son clip, posté sur différentes plateformes de partage de vidéos, avait été vu plusieurs dizaines de milliers de fois par les internautes. Mais son succès a alerté les autorités, notamment la Direction de l'aviation civile, qui a rappelé à l'auteur de la vidéo les règles relatives aux drones civils.

Après avoir été entendu par les gendarmes, le jeune homme a reçu une convocation devant le tribunal correctionnel pour mise en danger de la vie d'autrui, infraction pour laquelle il encourt un an d'emprisonnement.

Les images du film démontraient que le drone frôlait les monuments, façades et clochers, au-dessus de groupes conséquents de personnes.

M.G. avec AFP