BFMTV

Un lycéen frappé à coups de pelle plongé dans le coma

Un jeune homme de 17 ans, scolarisé dans un établissement de Villeneuve-Saint-Georges, a été pris à partie puis tabassé avec une violence inouïe par un groupe de jeunes. Il pourrait s'agir d'un guet-apens, la victime portait sur elle des armes de défense.

S'agit-il de violence gratuite ou d'un règlement de comptes organisé? Les policiers s'orientent plutôt vers la seconde hypothèse au lendemain de l'agression dont a été victime un lycéen à Villeneuve-Saint-George, dans le Val-de-Marne. Le jeune homme a été tabassé d'une violence inouïe par une bande de plusieurs individus.

La scène se déroule lundi vers 13 heures à la sortie du lycée François Arago. Le Lycéen, élève en dernière année de CAP, est pris à partie par trois à dix huit, selon les témoins, descendus d'une voiture alors que leur cible traversait un passage piéton. Là, seul contre ses agresseurs qui ne lui laissent aucune chance, il ne peut que subir les coups qui pleuvent. Un véritable lynchage, sous les yeux d'autres lycéens. "Ils étaient plusieurs, ils étaient en train de lui écraser la tête", témoigne un jeune présent au moment des faits.

"Coups de poing, coups de pied, coups de cutter au visage, coups de pelle, coup de manche de pioche ou de bois divers", raconte sur BFMTV Christophe Ragondet, secrétaire régional du syndicat Alliance Police. 

Coma artificiel

Rapidement pour les policiers, la piste d'un règlement de comptes organisé est privilégiée. Sur la victime, les enquêteurs retrouvent une matraque télescopique ainsi qu'une serpette, sorte de couteau à la lame courbée. Deux armes dont se sont servis les agresseurs. Ces derniers auraient pu vouloir se venger du lycéen, déjà connu des services de police. 

"On sait en tout cas qu'ils ne sont pas habitants de Villeneuve-Saint-Georges donc on n'est pas avec les problématiques du lycée ou du quartier", précise le directeur général des services de la ville. D'après les premiers éléments, les agresseurs seraient originaires du département voisin de l'Essonne

Une enquête a été ouverte et confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne. Le lycéen, lui, dans un état extrêmement grave, a été hospitalisé et placé dans un coma artificiel.

J.C avec J.M.M, Timothée le Blanc et Edouard Blervaque