BFMTV

Un innocent accusé à tort: le "tueur de l'Essonne" lui a "gâché la vie"

Michel Courtois a été arrêté, à tort, pour le premier des quatre meurtres imputés à Yoni Palmier, le "tueur de l'Essonne", jugé à Evry à partir de mardi.

Michel Courtois a été arrêté, à tort, pour le premier des quatre meurtres imputés à Yoni Palmier, le "tueur de l'Essonne", jugé à Evry à partir de mardi. - BFMTV

Soupçonné un temps d'être le tueur de l'Essonne, Michel Courtois a passé sept mois en prison. Aujourd'hui âgé de 49 ans, cet ouvrier du bâtiment a raconté à BFMTV l'histoire qui a détruit sa vie, et pour laquelle il réclame à présent 600.000 euros de dédommagement à la justice.

Le procès du tueur en série de l'Essonne, qui a abattu quatre personnes entre 2011 et 2012, s'est ouvert mardi à Evry. La cour d'assises attend des explications de Yoni Palmier, 36 ans, soupçonné d'avoir tué ces victimes qu'il ne connaissait pas.

A l'époque, les enquêteurs avaient eu du mal à le relier à ces crimes, au point qu'un innocent a été accusé à tort. Michel Courtois, un ex-amant de la première victime, a fait figure de suspect numéro un, ce qui l'a conduit à passer sept mois en prison pour rien. Il raconte aujourd'hui combien ce drame a gâché sa vie.

"Bouge pas connard"

Michel Courtois se souviendra toute sa vie de ce matin de décembre 2011 où la police et le GIGN ont débarqué chez lui. Les forces de l'ordre avaient bouclé tout son quartier à Bois-Colombes, dans les Hauts-de-Seine. Un fusil pointé sur lui, on lui a crié "bouge pas connard", sans qu'il ne comprenne ce qu'il se passait. Il est l'ex-amant de la première victime et la police en fait le coupable idéal. Cet ouvrier du bâtiment a pourtant un alibi à l'heure du meurtre. En outre, les témoins parlent d'un tueur à moto, alors qu'il ne s'est jamais retrouvé aux commandes d'un tel véhicule. Michel Courtois passera finalement sept mois en prison, entre colère et panique.

"Du jour au lendemain, la vie bascule"

Les enquêteurs lui disent posséder "des preuves irréfutables", notamment "des traces de poudre" sur ses vêtements: au final, des restes de ponçage et de soudure. "Complètement déboussolé", il avoue, avant de clamer à nouveau son innocence, le lendemain devant un juge. "Du jour au lendemain, la vie bascule, tout le monde est contre vous", témoigne cet homme de 49 ans. De multiples indices finiront par accabler Yoni Palmier.

Après sa libération, Michel Courtois obtient un non-lieu, mais l'affaire lui laisse des traces indélébiles, comme le chômage et une vie affective disloquée. "J'ai tout perdu dans l'histoire (…) Ce qui m'est arrivé, ça peut arriver à n'importe qui", croit-il aujourd'hui.

Michel Courtois réclame des dommages et intérêts

En "colère" contre la justice, il maugrée contre sa première avocate, qui ne l'aurait pas défendu le jour des aveux, et contre la juge d'instruction, responsable selon lui de ses sept mois de détention. Il réclame 600.000 euros de dommages et intérêts pour détention abusive, mais en espère "200 ou 250.000".

Michel Courtois attend aussi avec impatience le jugement de l'auteur présumé des crimes, dans l'espoir d'être enfin réhabilité aux yeux de tous. "Avec le jour de l'arrestation, le plus traumatisant c'est le regard des gens", témoigne-t-il.

K. L. avec Cécile Danré