BFMTV

Un homme nu et menaçant interpellé dans un TGV près de Reims

Un TGV. (photo d'illustration)

Un TGV. (photo d'illustration) - AFP

L'homme âgé d'une vingtaine d'années se serait enfermé dans les toilettes après s'être dévêtu. Le TGV qui reliait Stuttgart à Paris a été arrêté de force et évacué pour être fouillé en gare Champagne-Ardenne, peu avant Reims.

Un homme nu et menaçant dans un TGV reliant Stuttgart à Paris a été interpellé ce mardi matin à la gare de Champagne-Ardenne, et le train a été brièvement évacué, a-t-on appris auprès du parquet.

L'homme en garde à vue pour apologie du terrorisme et exhibition sexuelle

"La police a été requise suite à un individu qui, semble-t-il, s'était enfermé dans les toilettes après s'être dévêtu", a expliqué le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette, confirmant une information de RTL.

"Il aurait été prononcé les mots 'Allahou Akbar'. Cela a été rapporté dans un premier temps, mais on nous indique également d'autres termes, différents, donc je suis extrêmement prudent", a-t-il souligné. Plusieurs témoins, des voyageurs ou des membres du personnel présents à bord du train, ont été auditionnés.

Le suspect, dont les enquêteurs ne disposent pour l'heure d'"aucun élément d'état civil" d'après le parquet, a été placé en garde à vue pour apologie du terrorisme et exhibition sexuelle.

Il ne disposerait pas de toutes ses facultés mentales

Il y a lieu d'"être prudent sur la notion d'apologie du terrorisme", a insisté Matthieu Bourrette. Il a précisé que le suspect "ne dispose pas de toutes ses facultés". Selon une source proche de l'enquête, l'homme se dit Marocain et serait âgé de 22 ou 23 ans. La visite d'un médecin est attendue ainsi qu'une "levée de doutes" sur la nature éventuellement terroriste de l'incident.

Le TGV, qui reliait Stuttgart à Paris, ne devait pas s'arrêter initialement en gare de Champagne-Ardenne, située à 5 kilomètres de Reims. Ce sont les agents à bord du train qui ont sollicité un "arrêt forcé", a précisé un porte-parole de la SNCF. Le train a été évacué afin qu'une fouille puisse être menée et il est reparti vers 11h15, soit 1h15 plus tard, "une fois que toutes les garanties de sécurité" avaient été réunies.

J. G. avec AFP