BFMTV

Un homme découvert 36 heures après sa mort dans les toilettes d'un hôpital

BFMTV

Un quinquagénaire a été découvert mort dans les toilettes de l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), a annoncé la police mardi, confirmant une information du Parisien selon qui l'homme a été retrouvé 36 heures après son décès.

Agé de 56 ans, cet habitant de la commune voisine de Crosne (Essonne) a été découvert vers 22h00 le 5 janvier dans les toilettes de l'établissement par des agents de sécurité lors de leur ronde et présentait une rigidité cadavérique faisant remonter la mort à probablement plus de 24 heures, a précisé la source policière.

Selon l'enquête décès menée par le commissariat de Villeneuve-Saint-Georges, l'homme a probablement été victime d'un malaise cardiaque ou d'une rupture d'anévrisme.

La soeur du quinquagénaire citée par le Parisien, a dit que son frère s'était rendu à l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges pour une radio des poumons, un rendez-vous fixé à 9h40, le samedi 4 janvier et s'est offusquée qu'il puisse être resté 36 heures sans être découvert.

"Comment a-t-il pu rester ainsi quasiment deux jours sans que personne ne s'en aperçoive?", s'est-elle émue.

Joint par l'AFP, le directeur du centre hospitalier, Didier Hoeltgen a assuré qu'après enquête administrative, il n'y avait "pas eu de faute de l'établissement", tout en présentant ses regrets et ses condoléances à la famille du défunt.

"Il a utilisé les toilettes publiques dans le hall d'entrée. La pièce du WC était fermée et personne ne l'a ouverte malgré une dizaine de rondes du ménage et de la sécurité", a déclaré Didier Hoeltgen.

"Cette personne ne s'étant pas enregistrée auprès du service des admissions après avoir pris rendez-vous dans le service de radiologie, elle n'a pas pu être recherchée par les agents qui ne pouvaient pas être informés de sa présence dans les locaux", a précisé le directeur dans un communiqué.

La direction de l'établissement regrette que les agents de la société de nettoyage n'aient pas demandé l'ouverture de ces toilettes visiteurs et "prendra des dispositions pour qu'un tel évènement ne se produise plus".