BFMTV

Un hélicoptère de la gendarmerie s'écrase dans les Hautes-Pyrénées: quatre morts

Selon le bilan humain définitif de ce crash d'hélicoptère, les quatre gendarmes à bord de l'hélicoptère ont trouvé la mort. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu sur place dans la soirée.

Un hélicoptère de la gendarmerie, basé à Tarbes, s'est écrasé, ce vendredi midi, dans le massif du Vignemale, avec quatre gendarmes à bord. Aucun d'entre eux n'a survécu, selon le bilan définitif de la gendarmerie.

Cet accident est survenu durant une mission en altitude à Cauterets, en Haute-Pyrénées.

Exercice de secours en haute montagne

Selon les premiers éléments, l'hélicoptère survolait le massif montagneux dans le cadre d'un exercice de formation au secours en haute montagne, lorsqu'il a heurté une paroi, pour une raison qui n'a pas encore été déterminée.

A bord, en plus du pilote, se trouvait un mécanicien, basé à Tarbes, et deux hommes du Peloton de Gendarmerie de Haute-Montagne de Pierrefitte-Nestalas, précise le site de la chaîne de télévision régionale. 

Cellule de crise ouverte, Cazeneuve sur place

Une cellule de crise a été ouverte en préfecture des Hautes-Pyrénées.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu vendredi soir à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, pour adresser son soutien aux familles des victimes. "Ces quatre gendarmes étaient de grands professionnels, très expérimentés (...) connus pour leur haut niveau de compétence", a-t-il déclaré après avoir passé plusieurs minutes dans une base de la section aérienne de la gendarmerie, sans toutefois dire un mot de l'enquête. 

L'Elysée a fait part de son "émotion après ce tragique accident", adressant dans un communiqué ses "condoléances aux familles et aux proches des victimes" et témoignant "la pleine solidarité de la Nation en ces circonstances douloureuses". De son côté, le Premier ministre Manuel Valls a exprimé sur Twitter son "immense tristesse".

C. P. avec AFP