BFMTV

Un ex-conseiller de Lagarde suspecté d'avoir modifié un tracé LGV... pour sa mère

Passage du TGV en Charente, le 13 juillet 2011.

Passage du TGV en Charente, le 13 juillet 2011. - -

Soupçonné d'avoir fait déplacer un tracé de la future ligne TGV entre Bordeaux et l'Espagne, un ancien conseiller de Bercy a été mis en examen.

Il l'aurait fait par amour filial. François-Gilles Egretier, un ancien conseiller de Christine Lagarde au ministère des Finances, a été mis en examen pour avoir fait modifier le tracé d'une ligne TGV traversant une propriété appartenant à sa mère. Il devra répondre de "prise illégale d'intérêt", selon des informations de Sud-Ouest.

L'affaire débute il y a trois ans, quand l'Etat et les collectivités territoriales valident le tracé de la future LGV reliant Bordeaux à l'Espagne. Celui-ci passe dans le nord du village d'Uchacq-et-Parentis, près de Mont-de-Marsan, sur une propriété appartenant à la mère de François-Gilles Egretier.

Un autre tracé 3 kilomètres au nord du premier

Quelques mois seulement après sa diffusion, Réseau ferré de France revient sur sa décision et valide un tracé 3 kilomètres plus au nord. Le nouveau tracé incommode d'autres propriétaires... Mais plus la mère du haut-fonctionnaire de Bercy.

Les quinze propriétaires nouvellement gênés se constituent alors en association et déposent plainte en 2010 au parquet de Mont-de-Marsan. Mais cette plainte est classée sans suite en 2012. Leur avocat, Me Adrien Ville, saisit alors le doyen des juges d'instructions d'une plainte au nom des quinze riverains.

Confondu par des mails

L'enquête révèle alors "des e-mails très explicites ou personne ne se cache de contacts avec Dominique Bussereau", alors secrétaire d'Etat aux transports, précise l'avocat, "et Jean-Marc Delion, alors directeur général délégué de RFF, pour faire en sorte que le tracé ne passe plus dans le jardin" de la mère du haut-fonctionnaire.

Selon Me Ville, cet échange de mails entre François-Gilles Egretier et le maire d'Uchacq-et-Parentis, Jean-Claude Lalagüe, ont été découverts grâce à une erreur de manipulation dans leur envoi. "Une personne a été intégrée par erreur dans le listing informatique et a reçu les messages dont elle n'était pas destinataire".