BFMTV

Tué en voulant sans doute se filmer sur le toit d'une rame de métro à Paris

Ligne 6 du métro parisien, un jeune homme est monté sur le toit d'une rame et a percuté de plein fouet un tunnel peu avant l'entrée de la station Montparnasse.

Ligne 6 du métro parisien, un jeune homme est monté sur le toit d'une rame et a percuté de plein fouet un tunnel peu avant l'entrée de la station Montparnasse. - -

A Denfert-Rochereau, un jeune homme est monté le toit d'une rame et a percuté de plein fouet un tunnel peu avant l'entrée de la station Montparnasse. La ligne 6 a été momentanément fermée.

Mort pour avoir voulu poster une vidéo de ses exploits sur YouTube? C'est l'enquête qui devra le déterminer. Un jeune homme qui voulait semble-t-il se filmer sur le toit d'une rame du métro parisien s'est tué jeudi soir accidentellement, ce qui a provoqué la fermeture de la ligne 6, a-t-on appris de source policière vendredi.

Mort sur le coup

Selon les tout premiers éléments de l'enquête policière, deux jeunes gens âgés d'une vingtaine d'années se sont arrimés peu après 22h00 à une rame de métro de la ligne 6 à la station Denfert-Rochereau. Durant le trajet, l'un d'eux est monté sur le toit et, en se relevant, a percuté de plein fouet un tunnel peu avant l'entrée de la station Montparnasse.

Il est décédé quasiment sur le coup tandis que son camarade a été hospitalisé "en état de choc". La ligne 6 a été momentanément fermée.

Un témoin, dans le premier wagon, a raconté avoir distinctement entendu un "bruit sourd" à l'entrée de la station, et avoir vu, au-dessus des têtes des nombreux passagers présents dans la rame, le corps du jeune homme tomber ensuite dans l'espace séparant les premier et deuxième wagons.

"Tout le monde s'est mis à crier" en le voyant tomber, a relaté cette jeune femme, une Ecossaise, qui a souhaité conserver l'anonymat. Lorsque la rame a été évacuée, l'ami du jeune homme, âgé de 19 ans, et un autre passager ont essayé de relever le corps sur le quai. Sans succès.

La police a retrouvé une caméra. Elle pense, ce qui reste à vérifier pendant l'enquête, que les deux jeunes gens avaient l'intention de se filmer comme le font d'autres jeunes gens en Europe en postant sur YouTube des vidéos de leurs exploits sur des trains à grande vitesse, en Russie notamment. Un phénomène qui, selon des sources policières, commence à gagner la France mais de manière encore limitée.