BFMTV

Trois condamnés du dossier Erignac transférés en Corse

Le ministère de la Justice a accepté le transfert dans une prison corse de trois des sept hommes condamnés pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998, donnant ainsi satisfaction aux élus corses et aux indépendantistes. /Photo d'archives/R

Le ministère de la Justice a accepté le transfert dans une prison corse de trois des sept hommes condamnés pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998, donnant ainsi satisfaction aux élus corses et aux indépendantistes. /Photo d'archives/R - -

Le ministère de la Justice a accepté le transfert dans une prison corse de trois des sept hommes condamnés pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998, donnant ainsi satisfaction aux élus corses et aux indépendantistes.

Ce dossier, le plus grave en près de quarante ans de violence politique sur l'île, est toujours un cheval de bataille des nationalistes corses qui déclarent condamner l'acte mais pas les hommes qui l'ont commis.

C'est après une rencontre à Paris avec les principaux élus de Corse que Michel Mercier, ministre de la Justice, a annoncé mercredi le transfert au centre de détention de Borgo de Marcel Istria, Martin Ottaviani et Didier Maranelli, détenus sur le continent depuis 1999.

Ce transfert ne s'opérera cependant qu'après la fin du procès en appel du principal suspect de l'affaire, Yvan Colonna, au printemps prochain à Paris, précise le ministère.

Après avoir reconnu leur participation à l'assassinat du préfet, abattu de trois balles dans la tête alors qu'il marchait seul à Ajaccio, Didier Maranelli, Martin Ottaviani et Marcel Istria avaient été condamnés à 25 ans de réclusion pour le premier et 20 ans pour les deux autres.

Par le jeu normal des remises de peine, ils sont libérables en 2018 pour Didier Maranelli et en 2014 pour les deux autres, dit le ministre de la Justice dans un communiqué. Michel Mercier conteste implicitement toute mesure de faveur et évoque un motif de rapprochement familial.

"STRICTE APPLICATION DE LA LOI"

"(Ces transferts) correspondent à la stricte application de la loi s'appliquant sur l'ensemble du territoire français", écrit-il. Il ajoute que deux autres coupables, Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, condamnés à perpétuité, ne pourront être transférés en Corse qu'à partir de 2014.

Joseph Versini, autre membre du groupe condamné à 15 ans de prison pour avoir participé aux réunions préparatoires, est déjà libre. Yvan Colonna, condamné à perpétuité en première instance et détenu depuis 2003, doit être jugé pour la troisième fois en mai prochain à Paris.

Il est le seul à clamer son innocence. La Cour de cassation a annulé en juin 2010 pour vice de forme sa condamnation en appel et ordonné un nouveau procès.

Le ministère a également annoncé avoir accepté le transfert à la prison de Borgo d'un autre détenu nationaliste corse, Charles Santoni, qui purge une peine de 28 ans de réclusion pour le meurtre d'un policier en 1996.

Depuis une précédente réunion du 13 septembre dernier, 27 autres condamnés, dont deux "appartenant à la mouvance nationaliste" corse ont déjà été transférés à Borgo, précise le ministère. Il ajoute qu'il ne peut s'engager d'une manière générale pour les personnes détenues en attente d'un procès, dont le sort est aux mains des juges d'instruction.

REUTERS