BFMTV

Tirée au sort pour être jurée d'assises, elle aurait été révoquée parce qu'handicapée

Selon Monique, si elle n'a pas eu le droit de siéger dans le jury, c'est à cause de son fauteuil.

Selon Monique, si elle n'a pas eu le droit de siéger dans le jury, c'est à cause de son fauteuil. - Flickr

Une quinquagénaire handicapée accuse la cour d'assises de l'Hérault de lui avoir refusé d'être jurée lors d'un procès en cour d'assises.

En juin dernier, Monique Minana reçoit une convocation pour participer au jury populaire d'un procès en cour d'assises. Pourtant, quand elle se rend au palais de justice le 12 septembre, elle est "écartée". La raison selon elle: elle se déplace sur un fauteuil roulant électrique, rapporte France Bleu.

Cette Montpelliéraine de 58 ans est atteinte d'une maladie orpheline qui affecte ses muscles et l'empêche de marcher. Monique se réjouissait d'avoir été tirée au sort pour vivre cette expérience, mais à son arrivée au tribunal, o on lui demande de fournir une dispense médicale. Expliquant qu'elle n'en a pas, elle insiste pour siéger malgré tout. Or, le palais de justice d'un autre temps n'est pas adapté pour les personnes à mobilité réduite et malgré les solutions proposées - installer des rampes d'accès -, le fauteuil circule difficilement. 

"C'est pour cette raison que j'ai été récusée par l'avocat général", affirme Monique au micro de France Bleu. "Comme il ne voulait pas retarder les débats, l'avocat général m'a récusée... Ce n'est pas normal que je ne puisse pas exercer ma citoyenneté, j'ai l'impression d'être un fantôme, c'est inacceptable."

Le parquet général se défend de toute discrimination et promet de se mettre en conformité avec la loi de 2005 sur l'égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Monique, qui a suivi les audiences dans le public, a écrit au défenseur des droits, Jacques Toubon, pour que cette mésaventure ne se reproduise pas.

Mathilde Joris