BFMTV

Tuerie de Toulouse : le rôle des renseignements critiqués

-

- - -

La polémique monte sur le rôle joué par la DCRI qui avait mis Mohamed Merah sous surveillance, mais n’a pu empêcher les trois tueries.

Il a fallu trois tueries avant de repérer Mohamed Merah. Et pourtant il avait effectué des voyages en Afghanistan et au Pakistan. Il avait même été interrogé par les renseignements. L’efficacité de la DCRI (Direction Centrale du renseignement Intérieur) est critiquée. Une opinion que critiquent des spécialistes du renseignement.

Vidéos d'Al-Qaïda

Deux autres reproches sont formulés : ce ne serait pas la DCRI mais la DGSE qui aurait exploité la piste précieuse de l’adresse IP de la mère de Mohamed Mourah. Enfin le lien de la DCRI avec les commissariats locaux est aussi montré du doigt. Une mère de famille et son avocat assurent en effet qu’une plainte a été déposée le 25 juin 2010 à Toulouse. Mohamed Merah avait d’abord obligé le fils de cette femme à visionner des vidéos d’Al-Qaida, puis il l’avait frappé, avait frappé sa sœur, se prétendant moudjahidin, prêt à venger les musulmans. La police savait, conclut la mère de famille. Pour les syndicalistes il s’agit d’abord d’un problème de moyens. Depuis 1986 des lois anti-terroristes ont été instaurées en France, il en existe maintenant une dizaine, selon les associations des droits de l’homme elles laissent déjà beaucoup trop de latitude aux enquêteurs.