BFMTV

Toulon: l'homme qui préparait une attaque était en contact avec un Français en Syrie

L'homme arrêté à Toulon il y a une dizaine de jours, suspecté de préparer une attaque contre la base navale de la ville, était en contact avec un jeune jihadiste français en Syrie, nommé Mustapha.

Selon nos informations, l'homme suspecté de vouloir mener "une action violente à l'encontre des militaires" sur la base navale de Toulon, arrêté le 29 octobre dernier, était en contact avec un jihadiste français en Syrie.

Introuvable depuis décembre 2014

Cet homme est un jeune jihadiste âgé de 21 ans, qui se prénomme Mustapha. Radicalisé depuis son adolescence, il avait été arrêté en 2012 à Toulon après avoir proféré des menaces de mort contre Charlie Hebdo, ce qui lui avait valu d'être incarcéré plusieurs mois. Les policiers avaient notamment retrouvé des couteaux de cuisine à son domicile.

Les enquêteurs avaient établi un lien entre ce jeune homme, également toulonnais, et la cellule islamiste démantelée de Cannes-Torcy dont certains membres auraient eu, déjà, des projets d'attentat visant des militaires.

Après sa sortie de détention provisoire, en avril 2013, il avait été placé sous contrôle judiciaire, mais avait cessé de pointer au commissariat de sa ville en décembre 2014. Il a entre temps rejoint la Syrie et les rangs de Daesh, malgré son interdiction de quitter le territoire. Ce jihadiste aurait ainsi , par le biais d'Internet, conseillé à l'homme arrêté à Toulon de passer à l'acte sur le sol français. 

L'individu arrêté était surveillé depuis 2014

L'individu suspecté de projeter une attaque contre des militaires à Toulon et arrêté le 29 octobre se nomme Hakim, est âgé de 25 ans, et habite Toulon. Il était dans les radars de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) depuis plusieurs mois, après avoir fait parler de lui pour la première fois à l'été 2014, lorsqu'il avait publié sur sa page Facebook des messages de soutien aux thèses jihadistes. 

Dans les mois qui suivent cette affaire, il tente de partir en Syrie à deux reprises. La première fois en octobre 2014, mais sa famille l'en dissuade. Il ressaye en décembre 2014, après s'être éloigné de son entourage, mais échoue à nouveau. La police lui confisque alors ses papiers d'identité et il est placé sous le coup d'une interdiction administrative de sortie du territoire.

Deux colis d'équipement

Depuis quelques mois, il avait le projet de commettre une attaque en France. Les services de renseignement ont décidé de l'interpeller alors qu'il avait tenté de se procurer du matériel pour passer à l'acte. Il a été mis en examen le 2 novembre pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, puis écroué, mais ces informations n'ont filtré que mardi soir.

La DGSI a intercepté deux colis à sa destination contenant un poignard et deux cagoules, qu'il avait commandés sur un site internet chinois, faute de réussir à se procurer des armes à feu. Il avait également effectué plusieurs allers-retours en Corse.

Son projet d'attaque ne semble pourtant pas être totalement abouti puisqu'il n'avait pas de plan précis, mis à part qu'il souhaitait frapper dans sa ville et cibler des militaires.

A.S. avec Mélanie Bertrand