BFMTV

Cinq projets d'attentats déjoués sur la Côte d'Azur après le 14-Juillet

70 dossiers de projets d'attentat ont été traités par le parquet de Nice depuis le 14 juillet.

70 dossiers de projets d'attentat ont été traités par le parquet de Nice depuis le 14 juillet. - AFP

Le procureur de la République à Nice, Jean-Michel Prêtre, déclare dans un reportage diffusé mercredi soir sur France 3 Côte-d'Azur que des projets d'attaques contre des "lieux de culte", des "manifestations sportives", des "stades" et des "écoles" ont été évités.

Toujours sous le choc de l'attentat de Nice, les habitants de la Côte d'Azur découvrent désormais que leur région est une cible privilégiée pour les terroristes. Plusieurs attentats ont ainsi été déjoués en Paca depuis la tragique attaque du 14 juillet, révèle le procureur de la République à Nice, Jean-Michel Prêtre, dans un documentaire Quelle vie après l'attentat? diffusé mercredi soir sur France 3 Côte d'Azur.

"Plusieurs dossiers (de projets terroristes, Ndlr) ont été transmis au parquet antiterroriste de Paris", détaille le procureur de la République, avançant le chiffre de cinq. Les cibles? Des "lieux de culte, certains rassemblements, des manifestations sportives, des stades, des écoles bien sûr, des choses assez récurrentes dans toute la littérature, entre guillemets, publiée sur Internet".

"On se retrouve avec des personnes qui commencent parfois à articuler des choses assez précises sur un type de cible, voire sur une cible précise", poursuit Jean-Michel Prêtre, laissant à penser que des personnes précises étaient visées.

70 affaires traitées par le parquet

Selon les services de renseignement, le département des Alpes-Maritimes est particulièrement touché par l'extrémisme religieux: 515 personnes sont considérées comme radicalisées ou en voie de l'être. Très transparent, le procureur de la République de Nice, a déjà révélé lundi, lors de l'audience solennelle de rentrée au tribunal de grande instance de Nice, que "70 affaires en lien avec le terrorisme ou la radicalisation violente" avaient été instruites par le parquet, après l'attentat de Nice qui a fait 86 victimes.

Ces derniers jours, les policiers ont procédé à l'interpellation de plusieurs personnes soupçonnées de préparer des attentats. Mi-septembre, deux jeunes Niçoises de 17 et 19 ans ont été arrêtées alors qu'elles étaient en contact avec Rachid Kassim, un jihadiste français qui se trouve en zone irako-syrienne. Il y a quelques jours, c'était au tour de deux Cannoises, dont l'une est suspectée d'être en lien avec la femme d'un jihadiste alsacien, présumé mort.
Justine Chevalier