BFMTV

Attentats de l'Aude: le Super U de Trèbes rouvre ses portes

Trois semaines après la prise d’otages, dans laquelle trois personnes ont trouvé la mort, la grande surface s’apprête à accueillir de nouveau des clients. Tous les employés ne reprendront pas le travail.

C’est ce jeudi, à 10 heures, que le Super U de Trèbes (Aude) rouvrira ses portes. Une réouverture qui intervient près de trois semaines après l’attaque menée par Radouane Lakdim. Le terroriste de 25 ans, qui s'est réclamé de Daesh, avait conclu son itinéraire par une prise d’otages dans le supermarché où trois personnes ont trouvé la mort.

"On va y aller avec une petite boule au ventre. C’est quelque chose qui nous a pris aux tripes", explique une habituée à BFMTV. "C’est très important d’aller à ce magasin", estime une autre, pour qui il faut "montrer qu’on n’a pas peur" et "être solidaire envers ce magasin".

La direction de Super U a fait savoir que les recettes de cette première journée de réouverture seraient reversées aux familles des victimes. 

Équipe réduite

La réouverture du supermarché avait été annoncé la semaine dernière. Sur les 48 salariés de la grande surface, 38 ont décidé de reprendre le travail aujourd'hui :

"Certaines personnes sont encore traumatisées et ne se sentent peut-être pas le courage de reprendre, explique le président des commerçants de Trèbes Gérard Escande. Mais tous ceux qui seront là et qui reprennent, ça va être important pour eux. (…) Nous serons présents aussi, pour marquer notre soutien à l’ensemble de l’équipe."

Quatre morts dans un itinéraire meurtrier

Radouane Lakdim a tué quatre personnes avant d'être abattu par le GIGN. Sa première victime aura été Jean Mazières, un viticulteur retraité de 61 ans, passager du véhicule que le terroriste a subtilisé à Carcassonne. Il s’est ensuite rendu au supermarché où il a tué le boucher Christian Medves, le maçon à la retraite Hervé Sosna et Arnaud Beltrame, le gendarme qui s’est substitué à une otage. Ce dernier avait laissé son téléphone allumé pour venir en aides aux forces de l’ordre. Un hommage national lui a été rendu à Paris mercredi 28 mars.

Benjamin Pierret