BFMTV

Attentat déjoué: l'adolescente de 16 ans mise en examen

Les trois suspects ont été interpellés vendredi dans l'Hérault.

Les trois suspects ont été interpellés vendredi dans l'Hérault. - AFP

Les trois personnes soupçonnées d'avoir préparé un attentat arrêtés vendredi dans l'Hérault ont été placés en détention et mis en examen ce mardi. Dans le même temps, leurs auditions ont permis d'affiner le portrait du trio.

Leur garde à vue aura duré près de 96 heures. Les trois personnes suspectées d'avoir préparé un attentat sur le sol français ont été déférées tôt mardi matin afin d'être présentées à un juge d'instruction dans l'après-midi. Dans la soirée, ils ont été mis en examen et placés en détention provisoire. La jeune fille l'a été pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et pour "fabrication et détention d'explosifs en bande organisée", a indiqué son avocat à BFMTV. Le second suspect pour les mêmes chefs d'accusation. Le troisième pour "apologie publique du terrorisme par service de communication en ligne". 

Au cours de leurs auditions dans les locaux de la Sous-direction de l'antiterrorisme (SDAT) à Levallois-Perret, les enquêteurs ont pu établir un profil un peu plus précis et préciser un peu plus le rôle dans la préparation de l'attaque terroriste des trois individus, deux hommes et une adolescente, âgés de 16, 20 et 33 ans. Ils avaient été interpellés vendredi à Montpellier, Clapiers et Marseillan, dans l'Hérault.

Jeune fille isolée

La jeune fille de 16 ans, isolée et déscolarisée, était suivie par les services sociaux à cause d'un divorce compliqué entre ses deux parents. L'adolescente s'est convertie à l'Islam sur internet il y a deux ans. De plus en plus isolée, c'est sur les réseaux sociaux qu'elle va rencontrer son compagnon, âgé de 20 ans, qui fait partie des personnes interpellées. Lui est déjà converti et fiché S après des velléités de départ vers la zone irako-syrienne en 2015.

L'été dernier, les deux jeunes gens vont se rencontrer physiquement pour la première fois à Montpellier. Le couple a projeté il y a seulement quelques semaines, en novembre ou décembre dernier, de s'unir religieusement. Après avoir essuyé le refus d'un imam pour se marier, ils vont faire la rencontre du troisième suspect déféré ce mardi. Agé de 33 ans et connu pour son appartenance à la mouvance islamique, il avait accepté d'être leur tuteur pour leur union.

La Tour Eiffel, place de la Comédie...

L'idée d'un projet terroriste a alors germé dans l'esprit des membres du groupe. Deux jours seulement avant son interpellation, l'adolescente avait posté une vidéo d'allégeance à Daesh sur l'application Telegram à la demande de son compagnon. Vidéo qui a poussé la SDAT à intervenir. Si la jeune fille aurait dit aux enquêteurs regretter, elle devait rejoindre, après son mariage, la Syrie grâce à l'aide du troisième homme qui devait lui fournir des papiers et un itinéraire.

Le jeune homme de 20 ans devait lui passer à l'acte. A son domicile, un laboratoire de fabrication de TATP ainsi qu'une quantité de ce puissant explosif ont été découverts. Autant d'éléments qui laissent penser à un passage à l'acte imminent. Concernant les cibles visées par le groupe, il reste difficile pour les enquêteurs de démêler les informations données lors des gardes à vue. La Tour Eiffel et la place de la Comédie à Montpellier ont été évoquées.

J.C. avec Alexandra Gonzalez