BFMTV

Affaire Sid Ahmed Ghlam: quatre interpellations en région parisienne

-

- - RMC BFMTV

Les quatre interpellés sont soupçonnés de lui avoir apporté un un soutien logistique.

Quatre personnes ont été interpellées ce mardi matin dans les Yvelines et le Val-d'Oise. Ces hommes ont entre 28 et 39 ans. Ils sont soupçonnés d'avoir apporté un soutien logistique à Sid Ahmed Ghlam. Ce jeune étudiant de 24 ans est soupçonné d'avoir préparé des attentats contre au moins une église en France et d'être lié au meurtre d'Aurélie Châtelain commis à Villejuif, dans le Val-de-Marne.

Ce dernier avait été arrêté en avril 2015. L'attentat piloté depuis la Syrie par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) avait échoué, mais il avait toutefois fait une victime, une professeure de fitness, Aurélie Châtelain, retrouvée morte dans sa voiture. Les investigations ont déjà permis de mettre en examen quatre complices présumés, soupçonnés d'avoir participé à la fourniture d'armes et de gilets pare-balles.

Il se tire une balle dans la jambe

Le 19 avril 2015, Sid Ahmed Ghlam appelle le Samu après s'être tiré une balle dans la jambe. A leur arrivée, les policiers trouvent le jeune homme dans une rue de Paris. Dans sa voiture et sa chambre, ils découvrent quatre kalachnikovs, deux armes de poing et des gilets pare-balles.

L'analyse de son matériel informatique montre que l'Algérien, signalé pour ses velléités de départ en Syrie, projetait d'attaquer le jour de son arrestation, un dimanche, une église à Villejuif, en banlieue parisienne, trois mois après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher.

Abdelhamid Abaaoud, un organisateur des attentats parisiens du 13 novembre 2015, est soupçonné d'avoir incité Sid Ahmed Ghlam à commettre un attentat contre une église.

Agé de 25 ans, Sid Ahmed Ghlam a affirmé aux enquêteurs avoir effectivement été missionné depuis les zones turco-syriennes pour commettre un attentat après deux voyages en Turquie, fin 2014 et début 2015, mais il nie le meurtre d'Aurélie Châtelain et a multiplié les versions.

Au contraire, des indices impliquent Sid Ahmed Ghlam dans ce meurtre: l'ADN de la victime a été trouvé sur la parka qu'il portait et l'expertise balistique a montré que la balle mortelle a probablement été tirée depuis son pistolet.

D. N. avec Sarah Lou Cohen