BFMTV

"T'es un con de maghrébin": deux des ados interpellés à Vitry-sur-Seine témoignent sur BFMTV

Deux des quatre mineurs interpellés à Vitry-sur-Seine le 26 mai dernier racontent à BFMTV avoir été victimes d'insultes à caractère raciste et homophobe de la part des policiers. Leur famille respective a porté plainte et une enquête a été confiée à l'IGPN.

Deux des quatre adolescents arrêtés par la police le 26 mai dernier à Vitry-sur-Seine racontent avoir été victimes de "propos racistes et homophobes" de la part des policiers. Les quatre jeunes de 14 et 15 ans disent avoir été interpellés "sans raison" et seraient restés 2h30 debout dans la rue menottés, avant d'être emmenés au commissariat.

Les quatre familles ont annoncé porter plainte et dénoncent des arrestations arbitraires et des insultes racistes. D'après les policiers, ils ont été interpellés pour un vol à l'arraché commis la veille.

"T'es un con de maghrébin"

"A mon ami, il a dit 'les deux négro là, les deux noirs tu les mets ici. Il a dit 'toi ça se voit t'es un africain, avec ta tenue tout ça", raconte le premier jeune homme à notre micro ce mercredi.  "Après il m'a dit 'les Africains tous les mêmes'", se souvient le second adolescent. "Moi j'étais sur le côté, il m'a fouillé, m'a dit de me déplacer, m'a refouillé, a repris une photo de moi, alors que ça devait être la quatrième fois qu'on me prenait en photo". "Il m'a ensuite demandé où je suis né, donc je lui ai dit 'je suis né à Châtillon-sur-Seine, et il m'a répondu 'mais toi t'es un con de maghrébin', un con d'arabe, ça existe pas ça", assure l'adolescent sur notre antenne. "Puis il a commencé à me dire: 't'es con, t'es un ignorant et tout. Et son collègue lui disait: 'MDR il est con ce rebeu, cet arabe, il disait des trucs comme ça'".

Une enquête de l'IGPN ouverte

"On a demandé plusieurs fois: 'pourquoi on se fait arrêter comme ça?'", raconte encore l'un des deux jeunes hommes sur BFMTV ce mercredi soir. "Ils nous ont pas répondu, ils nous mettaient des vents". "Sauf une fois où Yacine a insisté en demandant 'pourquoi on est là?", poursuit l'adolescent. "L'un des policiers a dit 'c'est un contrôle banal, rien de grave, après ça on vous relâche'. Et au bout de deux heures, ils ne nous ont pas relâchés, ils ont eu des propos racistes et homophobes".

"Il y a eu des propos qui sont totalement inadmissibles, nos enfants ont été traités de 'cons de maghrébins', 'mettez les deux noirs ensemble', de 'PD'", explique à BFMTV Mahand Bakir, le père de l'un des adolescents interpellés.

Du côté des policiers, des sources policières affirment à BFMTV que tous les droits des quatre jeunes hommes ont été respectés en garde à vue. Les policiers seront entendus dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet et confiée à l'IGPN.

Jeanne Bulant