BFMTV

Suicide d'une ado harcelée: sa mère veut que les responsables "payent"

La jeune fille s'est jetée sous un TER entre Lisieux et Deauville. Le conducteur n'a rien pu faire pour l'éviter. (photo d'illustration)

La jeune fille s'est jetée sous un TER entre Lisieux et Deauville. Le conducteur n'a rien pu faire pour l'éviter. (photo d'illustration) - Mychele Daniau - AFP

Une jeune fille de 15 ans s'est volontairement jetée devant un train la semaine dernière, dans le Calvados. Lundi, sa mère a témoigné sur Europe 1.

Harcelée sur les réseaux sociaux, victime de chantage par des jeunes qui détenaient des photos d'elle dénudée, Juliette n'a plus supporté la pression. Jeudi matin, la jeune fille, originaire du Calvados, s'est jetée sous un train, et est morte sur le coup. Sa mère, terrassée par la douleur, a toutefois tenu à témoigner lundi sur Europe 1 pour exprimer son incompréhension.

"On n'était aucunement au courant des photos, on les avait tellement briefés, on regardait des émissions là-dessus. Elle a dû se rendre compte qu'on allait finir par être au courant, et elle a eu honte", regrette sa mère. 

"Elle avait honte"

Une amie de la jeune fille a d'ailleurs confié à la mère de Juliette que celle-ci redoutait de la "décevoir" si les photos commençaient à circuler et que sa famille venait à les découvrir. "Elle avait honte de ce qu'elle avait fait, et elle savait que ça la suivrait toute la vie", a raconté cette amie à la mère de l'adolescente, marquée de découvrir cela. Car Juliette, bonne élève et fille enjouée, n'avait rien laissé paraître de sa tristesse. Le matin de son suicide, elle a pris son petit-déjeuner et a dit au revoir à sa mère, comme si de rien n'était, raconte Europe 1.

Une situation qui pousse sa mère à témoigner, et à réclamer que les harceleurs de sa fille soient identifiés et punis. "Je souhaite que ces jeunes-là paient pour ce qu'ils ont fait à ma fille. Elle n'est plus là, ça ne la ramènera pas. Mais si ça peut au moins sauver d'autres jeunes filles et faire comprendre aux jeunes que c'est dangereux, que l'on ne peut pas tout montrer et tout faire, déjà ce sera un énorme pas".

A. G.