BFMTV

Somnolence au volant: bientôt un test salivaire pour détecter la fatigue

Les tests contre la fatigue pourraient ressembler à ceux de dépistage salivaire de la drogue, comme ici.

Les tests contre la fatigue pourraient ressembler à ceux de dépistage salivaire de la drogue, comme ici. - Frank Perry - AFP

Des chercheurs de l'Hôtel-Dieu travaillent à développer un test salivaire capable de détecter un taux de fatigue trop important pour être apte à conduire. Les premiers résultats sont attendus pour la fin de l'année.

C'est la première cause de mortalité sur les autoroutes en France: la somnolence au volant est à l'origine d'au moins un accident sur trois, selon la Prévention routière. Un phénomène mortel, principalement sur les grands trajets, qui a poussé il y a quelques mois une équipe de chercheurs à travailler sur le sujet.

Une équipe du Centre du Sommeil de l'Hôtel-Dieu a mis au point un test salivaire capable de détecter le taux de fatigue d'un conducteur, révèle Le Figaro. Semblables à ceux utilisés pour dépister les drogues, les tests salivaires pour la fatigue consistent en une petite languette que l'on pose sur la langue, et qui livre son verdict au bout d'une dizaine de minutes, après avoir détecté d'éventuels marqueurs physiologiques de privation de sommeil.

Auto-évaluation des conducteurs

"Quand il sera entièrement développé, ce test pourra équiper chaque véhicule, et permettra à chaque conducteur d'auto-évaluer son niveau de privation de sommeil avant de prendre le volant, comme les éthylotests qui permettent aujourd'hui de mesurer le taux d'alcoolémie", explique François-Brince Hincker, responsable chez Vinci Autoroutes, qui finance les essais cliniques de ces tests. 

Pour l'heure, ils n'en sont effectivement qu'au stade de l'expérimentation, sur une cinquantaine de volontaires. Les premiers résultats définitifs sont attendus au troisième trimestre 2015, et pourraient permettre de réduire le nombre de morts sur les routes, qui a bondi de 12% au mois de janvier dernier.

A. G. avec Igor Sahiri et Antoine Pollez