BFMTV

Soeurs poignardées à mort à Paris: un geste prémédité?

Policiers devant l'immeuble où les deux soeurs avaient été retrouvées mortes, le soir des faits, jeudi 20 février.

Policiers devant l'immeuble où les deux soeurs avaient été retrouvées mortes, le soir des faits, jeudi 20 février. - -

Le soir de leur mort, l'auteur présumé des faits s'est rendu à l'appartement des victimes, boulevard Edgar-Quinet à Paris, avec plusieurs armes et deux paires de menottes, affirme ce jeudi "Le Parisien".

Il y a une semaine, le soir du 20 février, deux soeurs âgées de 20 et 25 ans étaient retrouvées mortes poignardées dans leur appartement du boulevard Edgar-Quinet, dans le 14e arrondissement de Paris. Leur agresseur présumé, un Allemand de 25 ans, a été interpellé. Le jeune homme, qui évoque des "trous noirs" le soir du drame, aurait pourtant pu préméditer son geste, indique ce jeudi Le Parisien (lien payant).

Selon les informations du quotidien d'Île-de-France, le jeune homme s'est en effet rendu, ce soir-là, à l'appartement des deux victimes avec un sac-à-dos. A l'intérieur se trouvaient un pistolet à impulsion électrique, un cutter, une scie à métaux, deux paires de menottes, des gants et du ruban adhésif.

Des dizaines de coups de couteau

L'arme qui aurait porté les coups mortels serait néanmoins, selon les éléments de l'enquête livrés par Le Parisien, un couteau de cuisine trouvé sur place par l'agresseur présumé. Ce couteau a été retrouvé nettoyé dans son sac à dos.

Autre élément mis au jour par les enquêteurs: la sauvagerie de l'agression. La première victime a reçu une vingtaine de coups de couteau violents. Même sort pour la seconde, arrivée par la suite. En tout, selon Le Parisien, une cinquantaine de coups de couteau ont été portés.

Autant d'éléments qui balaient les premières déclarations du suspect: sans dénier les coups de couteau, il avait indiqué avoir été agressé par les victimes et s'être défendu.

Placé en garde à vue mardi

Le jeune homme, de nationalité allemande mais ayant étudié en France, avait été surpris dans l'appartement par le concierge, vers 20 heures le soir des faits. Il avait alors tenté de se défenestrer en sautant du 6e étage. Sa chute avait été freinée par une verrière quatre mètres plus bas.

Grièvement blessé, il avait pu être secouru avant d'être placé en garde à vue, mardi. Les motivations de son geste restent pour le moment inconnues.

Mathilde Tournier