BFMTV

Six mois de prison avec sursis pour avoir abandonné sa fille parce qu'elle ne faisait pas bien la vaisselle

Le tribunal a estimé que ce permis était "entaché de quatre illégalités" et l'a par conséquent annulé.

Le tribunal a estimé que ce permis était "entaché de quatre illégalités" et l'a par conséquent annulé. - AFP

La nouvelle compagne du père n'appréciait pas le peu d'entrain que sa belle-fille mettait en faisant la vaisselle.

Un père de famille a été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir abandonné sa fille aux Comores parce qu'elle ne faisait pas assez bien la vaisselle, révèle Ouest France. Une affaire qui n'a pas du tout fait rire le tribunal de Rennes, qui a également demandé le retrait de l'autorité parentale au père de famille.

C'est la nouvelle compagne du père, rencontrée après le décès de la mère de l'adolescente, qui s'est plainte du peu d'entrain de sa belle-fille à faire la vaisselle, convaincant son compagnon de l'abandonner. L'homme a donc acheté deux billets d'avion pour les Comores son pays d'origine, emmenant sa fille âgée de 13 ans, la laissant à sa tante qui vit dans des conditions précaires sur le petit archipel de l'océan Indien.

Le parquet de Rennes prévenu par le consulat de France aux Comores

Sans passeport, sans argent sans même un au-revoir, l'élève de quatrième scolarisée à Rennes a fini par se rendre au consulat de France sur place pour faire valoir ses droits.

"Elle veut mourir, ne mange plus, pleure beaucoup, perd la mémoire. Par manque de moyen, la tante ne peut pas l'hospitaliser", a assuré un éducateur devant le tribunal, tandis que les rapports du consulat, qui a signalé l'affaire au parquet de Rennes, font état de conditions de vie difficiles.

"Je ne voulais plus d'elle"

Le père de l'adolescente a reconnu les faits: "C'est vrai que j'ai amené ma fille aux Comores pour qu'elle y reste, je ne voulais plus d'elle. Il fallait trouver une solution puisque ma nouvelle compagne n'en veut pas", a-t-il assuré.

Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet et a donc condamné le père à une peine de six mois de prison avec sursis, assortie d'un retrait de son autorité parentale. L'adolescente doit quant à elle être rapatriée prochainement et être prise en charge par les services sociaux du département.

Guillaume Dussourt