BFMTV

Seine-Saint-Denis: un homme grièvement blessé par un tir de la police

Photo prise le 09 août 2010 à Bobigny du bâtiment de la Direction territoriale de la securité de proximité de Seine Saint-Denis.

Photo prise le 09 août 2010 à Bobigny du bâtiment de la Direction territoriale de la securité de proximité de Seine Saint-Denis. - MIGUEL MEDINA, AFP/Archives

Un homme a été grièvement blessé mardi soir à Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, après avoir été touché à la tête au cours d'une intervention de la police. Il avait tenté de forcer en voiture un barrage policier pour échapper à son interpellation.

Un homme a été grièvement blessé mardi soir en Seine-Saint-Denis, touché à la tête par une balle de la police alors qu'il essayait d'échapper aux forces de l'ordre. Son pronostic vital restait engagé mercredi, a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête, confirmant une information du Parisien.

Il a été blessé lors d'une "tentative d'interpellation de personnes que les policiers soupçonnaient d'utiliser un véhicule volé", a ajouté cette source. Au volant d'une voiture, il avait tenté de "passer en force" pour fuir "la nasse qui s'était refermée" sur lui et deux autres hommes, a précisé une source policière.

Les deux autres hommes placés en garde à vue 

Mardi peu avant minuit, à Epinay-sur-Seine, une voiture avec trois hommes à bord s'approche d'une Mercedes signalée volée, qui fait l'objet d'une surveillance policière. L'un des suspects se fait interpeller à peine monté dans la Mercedes. Pour fuir, les autres foncent en voiture vers les policiers "à pied" qui faisaient barrage, selon la source policière.

Trois fonctionnaires ouvrent le feu, tirant à huit reprises, a précisé cette source. Le conducteur, atteint à la tête, a été transporté à l'hôpital. Les deux autres hommes ont été placés en garde à vue. Une enquête, confiée à la sûreté départementale, est ouverte pour "recel de vol, refus d'obtempérer et tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique", a indiqué le parquet de Bobigny. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices", a parallèlement été saisie pour éclaircir les circonstances des tirs policiers.

R.V. avec AFP