BFMTV

Seine-Saint-Denis: les dealers détruisent un "mur antidrogue" à la meuleuse

-

- - PATRICK KOVARIK / AFP

L'installation avait été placée à un point stratégique d'une cité de Saint-Ouen, afin d'endiguer les trafics de drogue.

Dans sa volonté de lutter contre le trafic de drogue qui gangrène la cité Charles-Schmidt de Saint-Ouen, le bailleur Seine-Saint-Denis Habitat avait installé une large structure au sommet d’un muret. Faite de bois et haute de trois mètres, elle était censée empêcher la présence d'un guetteur, l'individu en charge d’alerter de l’arrivée de la police.

Comme l'indique Le Parisien, les policiers en charge de la surveillance des lieux n’ont pu que constater l’absence de ce mur antidrogue. Démonté par les trafiquants, ces derniers n’avaient laissé que l’arme du crime, une disqueuse, outil capable de tronçonner des matériaux résistances. Peu après la découverte, de nouveaux guetteurs avaient repris leur place sur le muret. 

Plaque tournante francilienne

Il faut dire que la cité Charles-Schmitt est une plaque tournante du trafic de drogue en Ile-de-France. Dans une enquête du Parisien, le chiffre d’affaire des trafiquants sur ces points de deal avoisine les 15.000 euros quotidiens.

De plus, la cité fait partie des zones de sécurité prioritaire (ZSP), identifiées en 2012 par Jean-Marc Ayrault, alors Premier Ministre. L’idée était alors de permettre à ces territoires de bénéficier de renforts de gendarmes et de policiers.

Hugo Septier