BFMTV

Scandale sanitaire à Marseille: plus de 250 plaintes contre un dentiste

Un chirurgien-dentiste marseillais est accusé de violences volontaires ayant entraîné une mutilation.

Un chirurgien-dentiste marseillais est accusé de violences volontaires ayant entraîné une mutilation. - -

Un chirurgien-dentiste marseillais est accusé de violences volontaires ayant entraîné une mutilation, escroquerie au préjudice de la Caisse primaire d'assurance-maladie et divers autres délits. Entre 250 et 300 anciens patients ont déposé plainte.

Après les prothèses mammaires frelatées, la justice marseillaise se trouve à nouveau confrontée à un nouveau scandale sanitaire. Le Dr Lionel Guedj, un chirurgien-dentiste de 33 ans, a été mis en examen en novembre 2012 pour violences volontaires ayant entraîné une mutilation, escroquerie au préjudice de la Caisse primaire d'assurance-maladie et divers autres délits. Aujourd'hui, les langues commencent à se délier, parmi les 250 patients qui ont porté plainte contre lui.

Dans certains cas, des patients subissent encore les soins dentaires catastrophiques effectués il y a quatre ans par le Dr Lionel Guedj dont le cabinet était installé dans l'un des arrondissements les plus pauvres de Marseille. Ces personnes sont, pour la plus part, modestes et bénéficiaires de la couverture médicale universelle (CMU).

"Mes dents me déchiraient la gencive"

Saleha, l'une d'entre eux, a subi des interventions inutiles et qui en plus, ont entraîné des infections graves. "Mes dents du bas n'avaient pas besoin d'intervention, mais le dentiste m'a dit: "puisque je te fais le haut je te fais le bas aussi", rapporte-t-elle. "J'ai eu des infections et c'est toujours infecté, ça dure depuis quatre ans" poursuit-elle. L'ancienne patiente est aujourd'hui sur le point de subir de lourdes interventions car sa bouche est remplie d’abcès et de kystes.

Sa fille, Myriam, est dans une situation tout aussi dramatique: "je me suis retrouvée avec onze dents en métal, mes sœurs se moquaient de moi. Je suis donc allée chez un autre dentiste qui m'a dit que ma bouche était "un vrai carnage" et que mes dents étaient devenues tellement fines qu'elles me déchiraient la gencive", raconte-t-elle à son tour.

A l’époque, l'activité de ce praticien qui, certains jours, recevait jusqu'à 70 patients, apparaît incompatible avec le bon sens. Sur la base du temps minimum admis pour chaque type d'acte, la durée moyenne d'une journée de travail du Dr Guedj s'élevait à 41 heures en 2009 et même 52 heures en 2010. Aidé de son père, le dentiste a amassé une fortune estimée à plus de 10 millions d’euros, en l'espace de 7 ans.

A.-L.B. avec Igor Sahiri