BFMTV

Robert Ménard veut lancer une "garde biterroise" composée d'anciens gendarmes et policiers

Il s'était fait remarquer par la publicité faite autour de l'armement de la police municipale de Béziers, Robert Ménard veut maintenant créer une "garde" chargée de patrouiller dans la ville.

L'appel aux volontaires est lancé et sera placardé dès jeudi dans les rues de Béziers: Robert Ménard veut mettre en place une "garde biterroise", révèle mardi le Midi Libre. Sa mission sera de patrouiller, à pied, dans les rues de la ville. "Comme partout ailleurs, il y a une demande de sécurité, les gens ont peur, ils sont angoissés, ils ont besoin de gens en uniforme", a assuré l'élu mardi soir sur BFMTV.

Cette garde sera non armée et composée de bénévoles, anciens policiers, gendarmes ou pompiers. Tous seront placés sous le statut de collaborateurs occasionnels du service public. Les candidats seront sélectionnés après un entretien individuel avec l'adjoint à la sécurité de la ville et le directeur de la police municipale, précise encore le média. Elle sera chargée de signaler tout acte suspect, a expliqué la mairie, et a vocation à exister tant que l'état d'urgence sera maintenu.

Polémiques en série

Depuis son élection à la mairie de Béziers en mars 2014, Robert Ménard a été à l'origine de plusieurs polémiques, notamment pour avoir annoncé le pourcentage d'élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de sa ville, instauré un couvre-feu dans certains quartiers pour les mineurs de moins de 13 ans non accompagnés, ou organisé une campagne d'affichage faisant d'un énorme pistolet le "nouvel ami" de la police municipale.

La semaine dernière, le maire a demandé aux dirigeants des mosquées de sa ville de signer une "charte" en six points, leur demandant notamment de ne prêcher qu'en langue française.

D. N.