BFMTV

Relations adolescentes, guet-apens: les similitudes entre le meurtre d'Alisha et de Kevin Chavatte

La mère de Kévin Chavatte, assassiné en 2018 par son ancienne petite amie et son nouveau compagnon, reconnaît "exactement le même scénario" dans le meurtre d'Alisha à Argenteuil.

Le procureur de Pontoise a livré mercredi le récit de la mort d'Alisha, une jeune fille de 14 ans frappée puis jetée dans la Seine par deux élèves de sa classe, actuellement mis en examen et écroués pour "assassinat". La victime a succombé à un guet-apens fomenté par les deux adolescents de 15 ans pour des "futilités", a estimé le magistrat.

Un drame glaçant qui n'est pas sans rappeler celui qui a frappé Kevin Chavatte, le 2 juin 2018. Ce jour-là, le jeune homme de 17 ans a été assassiné par son ex-petite amie et son nouveau compagnon, de 34 coups de couteau. Tous deux ont été condamnés fin janvier à 18 et 19 ans de réclusion criminelle.

"On s'est dit que c'était exactement le même scénario que pour Kevin. C'est dramatique", observe sur BFMTV Angélique Chavatte, la mère du jeune homme assassiné, qui ne "comprend pas comment des jeunes adultes en arrivent au point de tuer gratuitement".

Des relations ambigües à la psychologie adolescente complexe en passant par la préméditation, BFMTV.com fait le point sur ces deux affaires aux nombreux points communs.

· Un triangle d'adolescents

Dans l'affaire Alisha, les trois adolescents se rencontrent en septembre 2020 au lycée professionnel Cognacq-Jay d'Argenteuil et deviennent amis. Mais le trio se construit aussi sur des amourettes: Alisha et le jeune homme entretiennent une brève relation, puis il s'entiche de l'autre adolescente. "Les deux jeunes filles gardent cependant des relations amicales, ce que le jeune homme a du mal à accepter", selon Eric Corbaux, procureur de Pontoise.

Une succession d'éléments vient alors dégrader cette situation. En février, la victime se fait pirater son téléphone et des photos d'elle en sous-vêtements sont diffusées sur le réseau social Snapchat. A cet épisode s'ajoutent une bagarre entre les deux jeunes filles dans l'enceinte de l'établissement ainsi que la colère du jeune homme, qui ruminait le fait qu'Alisha avait, selon lui, "parlé mal de son père décédé".

Ce sont "des futilités de ce type-là qui auraient justifié l'envie de faire quelque chose envers la victime", a esquissé Eric Corbaux mercredi lors d'une conférence de presse.

Dans l'affaire de Mourmelon, un trio amoureux est également au coeur du dossier. Océane P. était en couple avec Kevin Chavatte avant de flirter avec Adrien P., qui a reconnu lui avoir porté les coups mortels. Elle avait affirmé à ce dernier que Kevin l'avait agressée sexuellement et la harcelait via les réseaux sociaux et qu'il fallait se venger.

Portrait de Kevin Chavatte
Portrait de Kevin Chavatte © François Nascimbeni

· Des victimes attirées dans un guet-apens

Les deux adolescents qui ont reconnu le meurtre d'Alisha ont expliqué qu'ils lui avaient donné rendez-vous lundi 8 mars en fin d'après-midi sous le viaduc de l'autoroute A15 qui enjambe la Seine, sur un chemin à l'écart des habitations. Alisha a accepté d'y suivre J., qui a sollicité la rencontre "à la demande de son copain", a retracé Eric Corbaux.

Après quelques minutes d'échange entre filles, le jeune homme, "qui était resté dissimulé" derrière un pilier du pont, "se serait approché de la victime et lui aurait donné par surprise des coups au visage, lui aurait tiré les cheveux et lui aurait fait une balayette la faisant tomber au sol", explique le magistrat.

Les coups pleuvent, dans le dos, à la tête. "La victime à ce moment-là était encore consciente, elle gémissait les yeux ouverts", selon le parquet. Cherchant à "faire disparaître les traces des violences qu’ils avaient commises", les deux agresseurs "auraient alors attrapé la victime pour la jeter dans la Seine en contrebas du quai, un quai très haut", poursuit-il. Alisha est ensuite morte par noyade, selon les premiers résultats de l'autopsie.

Là encore, l'organisation fait écho à celle mise au point pour l'assassinat de Kevin Chavatte. L'instruction a établi qu'Océane P. avait donné rendez-vous à la victime dans un parc pour abattre Kevin avec un couteau américain des années 1940, un cadeau offert à Adrien P. par sa famille. Une heure avant le meurtre, le duo s'était retrouvé à la médiathèque de Mourmelon pour parfaire les derniers détails du guet-apens tendu à Kevin.

Selon Me Fanny Quentin, avocate des parents de Kevin, Océane P. a par ailleurs reconnu avoir "menti sur tout, y compris sur l'accusation de viol qu'elle portait à l'encontre de Kevin pour chauffer Adrien".

· La fuite des mis en cause

Les mis en cause dans le meurtre d'Alysha sont retournés au domicile du garçon après leur crime et se sont confessés auprès de sa mère - qui préviendra ensuite la police. Ils se sont ensuite changés, sans montrer "d'expression de panique ou autre à ce moment-là", précise le procureur.

De fait, ils quittent rapidement le domicile et se rendent à Paris, où ils achètent de quoi manger, avant d'aller chez une connaissance, ignorant le méfait pour lequel ils sont désormais placés en détention provisoire. C'est là, à 2h00 du matin dans la nuit de lundi à mardi, qu'ils sont interpellés par la police, signant la fin d'un engrenage fulgurant bâti sur des enfantillages.

Océane P. et Adrien P. ont également pris la fuite après s'en être pris à leur victime. Ils ont chacun emprunté des chemin différents, et la jeune femme a même mis les enquêteurs sur une fausse piste en leur décrivant l'agresseur comme un homme de type basané, descriptif qui avait déclenché un flot de commentaires racistes sur Internet. 

Ambre Lepoivre avec AFP Journaliste BFMTV