BFMTV

Refusant de croire à un accident, elle permet d’élucider l’homicide de sa tante

Les investigations de la nièce de la victime ont permis la réouverture de l'enquête. (Photo d'illustration)

Les investigations de la nièce de la victime ont permis la réouverture de l'enquête. (Photo d'illustration) - AFP

L'enquête sur la mort de Francisca Rodrigues, dont le corps avait été retrouvé sur un terrain vague de Meurthe-et-Moselle en 2012, avait conclu à un accident. La nièce de la victime, incrédule, avait décidé de reprendre les investigations de zéro.

C’est l’histoire d’une Miss Marple en herbe, que relate ce vendredi le Parisien. Une jeune femme de 25 ans s’est lancée dans une enquête de longue haleine, qui a abouti à la mise en examen de trois personnes pour l’homicide de sa tante, trois ans auparavant. A l’époque, le dossier avait été classé.

Retour sur les faits. Le 21 février 2012, une femme se promène sur un terrain vague, à Lesménils, commune de Meurthe-et-Moselle située entre Metz et Nancy, lorsqu’elle aperçoit un corps humain. Le cadavre, qui n’a aucune trace de violences, gît au fond d’un fossé où s’écoule un ruisseau boueux, profond d’à peine une vingtaine de centimètres.

Dossier classé en 2013

Les gendarmes parviennent à identifier la victime: il s’agit du corps de Francisca Rodrigues, une femme de 42 ans. Après autopsie, les enquêteurs concluent à une mort accidentelle, par noyade. Le dossier est donc classé début 2013.

Mais la nièce de Francisca Rodrigues, une puéricultrice de 25 ans, ne croit pas du tout à la thèse de l’accident. "Elle ne parvenait pas à comprendre pourquoi sa tante est allée ce jour-là, à pieds et dans le froid, dans une espèce de no-man’s land où elle ne se rendait jamais", raconte au quotidien régional l’avocat Me Frédéric Berna. 

Trois suspects interpellés

Et puis la jeune femme sait combien sa tante est fragile, et qu’elle a de mauvaises fréquentations. Elle décide de reprendre l’enquête à zéro, dans la plus grande discrétion. Et ce qu’elle découvre est bigrement intéressant: la veille de sa mort, Francisca a passé la soirée avec deux hommes et une femme, dans un appartement à Pont-à-Mousson. Ils sont donc les derniers à avoir vu sa tante vivante.

Elle transmet ces éléments aux gendarmes, qui rouvrent l’enquête. La piste des trois personnes est suffisamment intéressante pour qu’une information judiciaire soit confiée à un juge d’instruction. Interpellés la semaine dernière, les trois suspects finissent par avouer qu’au cours de cette soirée, Francesca a fait une overdose d’héroïne.

Mis en examen pour homicide sur personne vulnérable

Ils auraient bien décidé de l’emmener aux urgences, poursuivent-ils, mais pris de panique, ils l’auraient abandonnée, inanimée, mais peut-être encore vivante, dans le fossé où son corps sans vie a été découvert le lendemain.

Les trois suspects, mis en examen pour homicide sur personne vulnérable, ont été placés en détention provisoire, le temps que l’enquête détermine le rôle exact de chacun. Pour l’heure, tous se renvoient la faute.