BFMTV

Réforme des retraites: la 4e journée de mobilisation nationale marquée par un regain de violences à Paris

Jeudi à Paris, la tension est montée d'un cran lors de la 4e mobilisation nationale contre la réforme des retraites. Des échauffourées ont éclaté à l'arrivée du défilé place Saint-Augustin et 27 personnes ont été interpellées.

Des affrontements entre manifestants radicaux et forces de l'ordre ont terni la manifestation de jeudi, à Paris, pour ce qui constituait la quatrième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites. A la fin de défilé, vers 17 heures, l'ambiance s'est tendue en tête du cortège: les force de l'ordre ont répondu par des charges et des tirs de gaz lacrymogène à des jets de projectiles. Dans un épais nuage de fumée, des cris ont résonné signalant la présence d'un homme au sol, inconscient après avoir reçu un pavé sur l'arrière du crâne.

Des manifestants ont cassé plusieurs vitrines de commerces et des abris bus dans une rue menant à la place Saint-Augustin. La boutique d'une enseigne MAAF a également été vidée de son mobilier.

"On est plus fort que les lacrymos", "Grève Blocages manif sauvage", "Révolution Révolution Révolution", scandaient certains d'entre eux face aux policiers qui tentaient d'évacuer la place.

Interpellations musclées

Toute la journée, les forces de l'ordre ont encadré la manifestation dans un climat d'hostilités permanent. Aux abords de la gare Saint-Lazare, 16 policiers ont été blessés, pris à parti dans une rue. En nombre, les forces de l'ordre ont rétorqué à ces provocations virulentes et ont procédé à 27 interpellations parfois violentes.

Dans leurs gestes, les policiers ne semblaient faire aucune distinction entre les manifestants et frappaient à vue. Selon la préfecture de police de Paris, 20 manifestants ont été blessés au cours de cette quatrième journée de mobilisation parisienne.

Partout en France, 452.000 manifestants ont été recensés par le ministère de l'Intérieur, dont 56.000 à Paris; la CGT en a dénombré 1,7 million, dont 370.000 à Paris entre République et Saint-Augustin. Une mobilisation supérieure à celle du 10 décembre, mais en deçà de celles du 17 et surtout du 5 décembre, au premier jour du mouvement, d'après les autorités. L'intersyndicale appelle à de nouvelles actions les 14, 15 et 16 janvier.

Raphaël Maillochon avec Ambre Lepoivre et AFP