BFMTV

Raviolis à la mort aux rats, coups de balai: une retraitée terrorisait son quartier

L'office de tourisme d'Hagetmau, dans les Landes (image d'illustration)

L'office de tourisme d'Hagetmau, dans les Landes (image d'illustration) - Google maps

Elle disséminait des raviolis à la mort aux rats pour empoisonner les animaux, donnait des coups de balais aux voisins et menaçait les enfants: une retraitée des Landes a été condamnée pour avoir terrorisé son quartier.

Elle terrorisait son quartier. Une retraitée âgée de 61 ans a été condamnée jeudi par le tribunal de Mont-de-Marsan, dans les Landes, à deux mois de prison et 1.200 euros d'amende pour violences, outrages et tentative d'empoisonnement des animaux domestiques de ses voisins, rapporte Sud-Ouest.

Cette "Tatie Danielle" d'Hagetmau, un village entre Dax et Mont-de-Marsan, a fait planer un climat de peur entre octobre 2014 et juin 2015. Parmi les faits qui lui étaient reprochés: animaux empoisonnés, ballon crevé et doigt passé sous la gorge pour menacer les enfants qui passaient dans la rue.

"Elle a toujours un couteau dans son sac et elle sème du poison un peu partout dans le quartier pour les animaux. Certains disent même pour les enfants", a témoigné une victime lors du procès, rapporte le quotidien régional.

"Je ne supporte pas qu'il étende son linge aux fenêtres"

La sexagénaire n'était pas inconnue de la justice. Elle avait déjà été condamnée en 2012 pour des menaces. Absente lors de son procès, elle avait donné quelques explications à ses méfaits.

Des raviolis à la mort-aux-rats devant sa porte? "Pas de chats chez moi". Les coups de balai au visage d'une femme handicapée? Ses enfants ne sont pas élevés. Le coup de poing à un voisin? "Je ne supporte pas qu'il étende son linge aux fenêtres." L'outrage à l'agent municipal qui lui demandait de ne plus jeter ses déchets dans la rue? "Je le trouve hautain. J'ai toujours jeté mes herbes par-dessus la clôture. De toute façon, il m'emmerde". Un couteau brandi devant la secrétaire du centre médical? "Les enfants du quartier me harcèlent", s'était-elle justifié lors de ses différentes auditions. Une pétition avait même été lancée contre elle.

Céline Hussonnois-Alaya