BFMTV

Que sont les GM2L, les grenades remplaçantes des GLI-F4?

BFMTV

Retirée de l'arsenal pour sa dangerosité, la grenade GLI-F4 est remplacée par la GM2L, qui a notamment pour avantage de ne pas contenir d'explosifs. Mais est-elle pour autant moins dangereuse?

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé dimanche la fin de l'utilisation des grenades lacrymogènes GLI-F4, accusées d'être responsables de blessures graves sur des manifestants lors d'opérations de maintien de l'ordre. Ces grenades sont en fait progressivement retirées de l'arsenal des forces de l'ordre depuis plusieurs années, et progressivement remplacées depuis 2018 par la GM2L, soit "Grenade Modulaire 2 effets Lacrymogène".

"La grenade lacrymogène GM2 Lacrymogène est destinée au maintien de l’ordre en milieu extérieur ou intérieur", précise la fiche produit d'Alsetex, société d'armement et d'étude qui produisait déjà la GLI-F4. Dans un contexte de maintien de l'ordre, cette arme sert à la "diversion" et à la "dissuasion".
  • Quelles différences avec la GLI-F4?

Deux choses sont reprochées à la GLI-F4: les éclats propulsés lors de son explosion, et le fait qu'elle contienne des explosifs, comme l'a souligné Christophe Castaner dimanche sur France 3. "Les matériaux employés pour la fabrication de cette grenade (plastique polyéthylène élastomère) permettent de ne générer aucun éclat lors de son fonctionnement", est-il déjà assuré dans la fiche produit d'Alsetex à propos de la GM2L.

Ensuite, "dans le cas de la grenade GLI-F4, l'effet sonore est obtenu par un explosif, alors que dans la grenade GM2L, il s'agit d'une composition pyrotechnique", assure un autre rapport d'Alsetex, relayé par le site Maintien de l'ordre.

L'autre différence entre les deux grenades est la possibilité d'exporter la GM2L. La GLI-F4 - dont la production a été arrêtée en 2014 - était en effet peu rentable, puisque la France est le seul pays d'Europe à l'utiliser. "Les ventes de GLI-F4 sur les dernières années sont très faibles. La GLI-F4 n'est pas exportable. Le seul client est le ministère de l'Intérieur français", est-il écrit dans le rapport.

  • Le risque explosif existe-t-il encore?

La GM2L "ne contient pas de TNT mais une charge pyrotechnique dont on ne connaît pas exactement la composition et qui, a priori, produit les mêmes effets que la GLI-F4", a déclaré sur franceinfo Marion Guemas, responsable des programmes police-justice au sein de l'ONG Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat).

Libération a pu consulter le mémoire de défense devant le Conseil d’État du ministère de l'Intérieur, en mai 2019, et confirme cette crainte. Il y est noté que "la puissance de la grenade GM2L (et donc la dangerosité pour quiconque voudrait ramasser un tel projectile) est quasiment similaire à celle de la GLI-F4, malgré l’absence d’explosif".

"Toute composition pyrotechnique peut causer des lésions cutanées, musculaires, osseuses… Il en de même pour cette nouvelle grenade" GM2L, expliquait le spécialiste du maintien de l'ordre Bertrand Cavallier en septembre 2018 à L'Essor, média interne de la gendarmerie nationale.
  • Quels autres risques sont relevés?
"Si cette arme ne contient pas de TNT elle est dotée d'un dispositif pyrotechnique équivalent et possède les mêmes caractéristiques lacrymogènes et assourdissantes. Sa fonction, quant à elle, demeure: traumatiser les corps et les esprits", écrivent dans un communiqué commun cinq avocats, défenseurs de personnes blessées par des grenades GLI-F4.

Il est en effet précisé sur la fiche technique de la GM2L que parmi les "performances" de cette grenade, on note un "effet psychologique généré par le bruit de 160 db à 5 m, 155 db à 10 m".

"Dès lors qu’une munition produit une forte intensité sonore, celle-ci est associée à un phénomène de souffle, c’est à dire de compression de l’air. Il en ressort des risques de lésions auditives pour ceux qui sont à proximité immédiate de la munition lors de sa détonation/déflagration", déclarait encore en septembre 2018 Bertrand Cavallier.
Salomé Vincendon